30EME ANNIVERSAIRE DU RDPC A WOURI II

0
225
red
ref

red

Les rangs sont-ils véritablement serrés ?

A la fin du grand meeting relatif à la célébration des 30 ans d’existence du Rdpc, on a pourtant marché, la main dans la main sur un itinéraire bien précis de cette circonscription. Etait-ce pour la forme pour manifester la paix et l’unité prônées par ce parti ?

Pour certains observateurs, ce qui se passe de manière récurrente dans la section Rdpc Wouri 2 est la manifestation du dynamisme qui la caractérise. Pour d’autres, il ne se fait pas de doute, la guerre de positionnement fait rage. On a même entendu certains dire que Denise Fampou, à travers son réseau, veut aussi être comme la défunte Françoise Foning, c’est-à-dire présidente de section Rdpc. C’est ce qui expliquerait la cordiale mésentente qui existe entre elle et le président El hadj Relouanou Charaboutou.

Le 24 mars 2015 était pour le Rdpc une journée commémorative de la naissance de ce parti 30 ans après sa création. Pour cela, le comité central avait pris des dispositions pour qu’en fonction de la situation qui est celle que vit le Cameroun en ce moment, l’on fasse les choses avec mesures et surtout pour que l’on passe un message fondamental non seulement aux militants de ce parti, mais à l’ensemble de la population Camerounaise. C’est donc à dessein que le thème « le Rdpc, 30 ans au service du Cameroun » a été choisi. A travers ce thème, il s’agissait aussi et surtout de prôner la paix et la sécurité. On a par exemple vu les militants arborer des T-shirts sur lesquels on pouvait lire : « tous contre Boko haram ». Ce qui traduisait l’expression d’un soutien au chef de l’Etat et aux forces de défense engagées au front contre la secte Boko Haram pour préserver l’intégrité territoriale du Cameroun.

RDPC wouri2 : A quand la paix ?

La permanence du parti de Makéa au quartier New-Bell à Douala avait donc servi de cadre à cette manifestation au cours de laquelle, on a vu aux côtés de Jean William Sollo, président de la commission communale, le Sous-préfet de Douala 2ème, les présidents de section Rdpc, El Hadj Relouanou Charaboutou ; Ofrdpc, Denise Fampou par ailleurs maire de la commune d’arrondissement de Douala 2ème, et de l’Ojrdpc avec le jeune Bessala. A les voir ainsi réunis, on aurait pensé qu’ils étaient tous mus par la seule idée d’apporter un soutien non seulement au président national du Rdpc, président de la République et chef de l’Etat, mais aussi et surtout aux forces de défenses engagées au front contre la secte « obscurantiste » Boko Haram en vue de préserver et de protéger  les frontières nationales dans la partie septentrionale du pays. Même la compassion semblait être au rendez-vous. Car dès l’entame des travaux, on a observé une minute de silence en la mémoire de Françoise Foning. Passés ces moments, l’on est passé à l’essentiel qui reposait sur le respect des directives contenues dans la circulaire venue du comité central et qui pour l’essentiel, reposait sur le thème : « le Rdpc, 30 ans au service du Cameroun ». Le président de section Rdpc avait-il fini de proposer la façon dont les choses devaient se passer et revenant dans le contexte de la lutte contre Boko Haram, demandé à ses camarades de redoubler de vigilance et d’être prompt à pouvoir dénoncer tout comportement suspect en le signalant par exemple au sous-préfet. El hadj Relouanou a fait appel à la maturité des militants parce que pour lui, 30 ans de vie, ce n’est ni 30 jours, encore moins 30 heures. Pour Denise fampou, la  présidente de section Ofrdpc, qui oubliée à tord par le protocole pour la prise de parole, a profité pour faire une démonstration de force avec ses femmes de l’ofrdpc  certainement dans l’optique de confondre ses « détracteurs ».Williams sollo, le président de la commission communale a opté pour le calme en recadrant l’objet du meeting pour que celui-ci ne vole en éclats. L’ordre étant revenu après les excuses des uns et des autres, on avait pu poursuivre le programme. Sur ce point, le président de la commission communale aura appelé les uns et les autres à méditer sur le terme paix. Ce qui était d’ailleurs d’actualité au regard de ce qui se passe dans la partie septentrionale du pays. « Sans la paix, l’on ne peut rien faire », a-t-il. Cette paix qu’il souhaité que tous observent et qu’elle soit rétablie dans la partie nord du pays.

Au terme de ce meeting, les militants du Rdpc, présidents de section en tête, ont marché sur un itinéraire bien précis de l’arrondissement de Douala 2ème et se sont séparés au mythique carrefour de Shell New-Bell.

                                      Alain Cédric yompa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here