Accident de la falaise de Dschang: Le Minstransport Jean Ernest Ngalle Bibehe en mission à l’Ouest pour exorciser les démons des accidents routiers

0
39

Entre 2011 et 2019, le nombre de personnes tuées lors des accidents  de la circulation routière au Cameroun est passé de 6000 à 633.Pendant ce temps, le ministère des transports a fait le constat selon lesquels les 2/3 des accidents au Cameroun se sont produits dans la région de l’Ouest ou sur les axes routiers en provenance ou en direction de cette région entre 00h30minutes et 03H du matin posant ainsi la problématique des voyages de nuit. Après avoir effectué une descente sur le site du drame le 31 Janvier 2021, Jean Ernest Ngalle Bibehe s’est rendu au chevet des rescapés pour leur apporter le message de réconfort et de prompt rétablissement du gouvernement. S’en est suivit une séance de travail avec les différentes parties prenantes du secteur de transport dans l’optique d’exorciser les démons des accidents de la circulation routière et trouver des solutions urgentes.

Après l’accident de la circulation routier sur l’axe Douala-Dschang au lieu dit falaise de Dschang au petit matin du mercredi 27 Janvier 2021 ayant causé le décès de 54 personnes calcinées et 27 blessés à la suite de la collusion frontale entre un camion de marque Toyota Dyna 300  transportant un liquide inflammable sans autorisation ni carrosserie et un bus de la compagnie de transport interurbain nommé Menoua Voyage, le ministre des transports, Jean Ernest Ngalle Bibehe a effectué une descente sur le terrain du drame le 31 janvier 2021.En compagnie du ministre délégué auprès du ministre des transports , des autorités de la région de l’Ouest, du cercle du réseau des parlementaires de la sécurité routière et des syndicats du secteur, le Mintransport  a constaté de visu l’ampleur de l’accident dominé par les flammes qui ont consumé les véhicules et calciné de nombreuses personnes .

Le souhait de prompt rétablissement et le réconfort de Jean Ernest Ngalle Bibehe aux rescapés

Après la falaise de Dschang, le Minstransport s’est rendu au chevet des rescapés de l’accident du 27 janvier 2020 à l’effet de se rassurer qu’ils sont tous pris en charge gratuitement selon les prescriptions du chef de l’Etat et surtout leur souhaiter un prompt rétablissement. Il n’a pas manqué de donner inopinément des soutiens financiers et un message de réconforts du gouvernement  aux différents rescapés de cet accident mortel. Le Directeur de l’hôpital de district de Dschang a rassuré la délégation conduite par Jean Ernest Ngalle Bibehe sur la prise en charge optimale des blessés dans cette formation sanitaire. Tout en remerciant le corps médical pour les efforts déployés pour la prise en charge des rescapés depuis la survenance de cet accident ainsi que les autorités administratives de la région de l’Ouest pour leur spontanéité à descendre sur le site de l’accident afin d’organiser l’évacuation des blessés dans les différentes formations sanitaires ainsi que le dépôt des corps sans vie à la morgue ,le Minitransport a tenu à indiquer que sa mission à Dschang est une instruction du Chef de l’Etat, SE Paul Biya relayé par le premier ministre qui lui a demandé de rencontrer les différents opérateurs du secteur afin de trouver de façon consensuelle des voies et moyens, et des solutions pour endiguer ce phénomène qui ne cesse de décimer les familles.

Quand l’Ouest est la région la plus acccidentogène du Cameroun

Au cours de la séance de travail tenue à la préfecture de la Menoua,le Mintransport a invité les participants à observer une minute de silence en  mémoire des personnes décédées suite aux graves accidents de la circulation routière survenu respectivement dans les nuits du 26 au 27 décembre 2020 et du 26 au 27 janvier 2021 sur les axes Yaoundé- Bafia  et Dschang-Douala, et pour lesquels le président de la république,SE Paul Biya a adressé ses condoléances aux familles endeuillées et ses souhaits de prompt rétablissement et de réconfort aux personnes rescapées.

Pendant cette concertation, le Mintransport a tenu à tirer la sonnette d’alarme face aux  accidents de la circulation routière qui sont devenus légions dans la région de l’Ouest. Sans complaisance Ngalle Bibehe a interpellé la conscience des opérateurs du secteur face à la résurgence des accidents depuis quelques mois au Cameroun. « Car ses deux dernières mois ont été marqués par une résurgence des accidents de la circulation routière qui nous rappelle étrangement l’épisode du mois d’août 2017 où nous avions recensé 117 morts pour les accidents routiers tous isolés de parts et d’autres mais engendrant des pertes en vies humaines et matérielles les uns et les autres », va-t-il rappelé. Tout en indiquant la belle avancée du Cameroun en matière de lutte contre les accidents de la circulation routière : « Ayant passé le cap de 6000 personnes tuées sur nos routes entre 2011 et 2019 à 633, statistique qui révèle une belle avancée en matière de lutte contre les accidents de la circulation routière. Nous faisons donc face à la survenance des accidents ayant des caractéristiques d’un autre genre. Se référant aux nombres d’accident, des véhicules impliquées et aux nombres de morts… ». A l’occasion, l’on peut rappeler des accidents tragiques récents comme celui survenu dans la nuit 26 au 27 décembre 2020 sur l’axe Yaoundé Bafia au lieu dit pont de Nomayos causant la mort de 35 personnes et 18 blessés entre un camion et l’agence de transport routier interurbain des personnes dénommé « Avenir voyage »  aux environs de 01 h du matin. Le second sur l’axe Dschang-Douala au lieu dit falaise de Dschang. A titre de rappel, grâce aux efforts consentis par le ministère des transports et avec le concours des opérateurs du secteur des transports routiers des marchandises dangereuses, le ministère des transports n’a  recensé aucun accident ses 5 dernières années. Seuls les cas avérés de transport routier clandestins comme celui de la falaise de Dschang sont à l’origine de tels accidents. 

Malheureusement un constat se dégage sur la fréquence des accidents dans la région de l’ouest.Il est relevé que 2/3 des accidents se sont produits dans la région de l’ouest ou sur les axes routiers en provenance ou en direction de la région de l’ouest. Ces 2/3 accidents se sont tous produits entre 00h30 minutes et 03 h du matin. Ce qui emmène le Mintransport à mettre sur la table de discussion sur la problématique des voyages de nuit. Face à la gravité des faits et chiffres, le gouvernement va-t-il prendre sur lui de supprimer les voyages de nuit en direction de l’ouest Cameroun ?

L’irresponsabilité des promoteurs des agences de voyage mise à l’index

Face à la résurgence des accidents, au ministère des transports l’on a toujours cherché les raisons de ses hécatombes sur nos routes. De ce coté , l’examen des rapports des audits techniques et administratifs récemment réalisés dans les terminaux des agences de transporteurs routiers interurbains ont permis de relever de nombreux manquements et insuffisances qui sont quasi générale. Notamment : Une mauvaise qualité managériale des compagnies ponctué par une gestion sommaire  et archaïque; l’emploi des chauffeurs sans contrat ni affiliation à la Cnps et avec une faible rémunération; la mise en place d’un système de paiements au pourcentage entraînant le prolongement du temps de conduite des chauffeurs et donnant lieu à toutes sortes de pratique ; l’absence de soumission du personnel navigant aux tests médicaux (d’acuité visuelle et auditives, et sur les réflexes) périodiques ; l’absence d’organisation des recyclages des chauffeurs ; l’augmentation du nombre de sièges dans les véhicules par les chauffeurs sur la base des accords préalablement établis par les responsables de la compagnie ; le non respect du code de la route avec l’excès de vitesse et la négligence des panneaux de signalisation ; l’inexistence et la banalisation du port de la ceinture de sécurité ; l’inexistence des boîtes à pharmacie et les produits y afférents ; la tenue des bordereaux d’enregistrement sans référence aux enfants en bas âge; l’aménagement circonstanciel des espaces de repos des chauffeurs lors des contrôles et souvent logés hors des agences; la quête de rentabilité absolue traduite par les pratiques en tout genre visant à économiser le carburant ; le refus système de certains responsables de procéder à la modernisation de leurs terminaux…Autant des griefs que les promoteurs des agences de voyage sont invités corriger.

Des mesures d’urgence  prise par le Mintransport Ngalle Bibehe…

En attendant les résolutions du groupe de travail déjà à pied d’œuvre et mis en place par le Mintransport , Ngalle Bibehe envisage de mettre en place une brigade de contrôle mixte composé des éléments de la gendarmerie nationale, de la police nationale et de la brigade de contrôle et de la prévention routière. Sur la coordination des responsables départementaux administratifs des départements avec à la tête les préfets de département sous la houlette des gouverneurs, la dite brigade mixte aura    pour mission de lutter contre le transport routier clandestin et veiller au respect des règles en matière de sécurité routière, de mettre un accent particulier sur son déploiement surtout lors des contrôles de nuit. D’autres parts, ayant constaté que 02 accidents sur 03 sur l’axe Yaoundé -Bafoussam et ses environs sont liés à l’excès de vitesse, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe a décidé de doter la région de l’ouest de deux radars semi-portatifs opérationnels de jour comme de nuit et qui seront déployés dans les brigades de contrôle mixte.

Prince Aristide Ngueukam à Dschang

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here