Acharnement: Mort suspecte d’un militant des causes perdues

0
902
Carim Kamdem

Ndjeume Hyppolyte a été retrouvé mort dans son domicile au quartier Ngangué. Des spéculations vont bon train sur les causes de cette disparition. Surtout que le concerné subissait des menaces de toutes sortes ces dernières semaines.

L’incident survenu le samedi 06 janvier 2019 au quartier Ngangué aurait pu ressembler à un fait banal. Mais compte tenu de la qualité de la personnalité  qui était la cible, les habitants ne pouvaient qu’être interloqués, voire choqués. Ndjeume Hyppolyte avait, dit-on un moral à toute épreuve et sa capacité à surmonter les obstacles et les vicissitudes de la vie ne faisaient aucun doute. Que s’est-il donc passé pour arriver à cet acte indescriptible ? La thèse du suicide avancée jusqu’ici dans son entourage est de moins en moins acceptée par ses proches qui continuent à se demander ce qui s’est réellement passé.

Imminent juriste et très discret personnage, par ailleurs membre de l’Association camerounaise pour la défense des opprimés, il a annoncé il y’a quelques semaines lors de la célébration de ses 35 ans de mariage, qu’il prendrait sa retraite à la fin de cette année pour se consacrer entièrement à la Fondation qu’il était en train de mettre sur pied pour venir en aide aux victimes des accidents de la route et aux lésés du système judiciaire. Malheureusement, il n’aura plus la chance de mettre ces compétences au service de toutes ces personnes qui avaient énormément besoin de son soutien et de sa présence.

Selon des sources familiales, la décision de se consacrer à ses propres affaires résultait du fait que depuis qu’il avait pris sur lui de s’occuper du dossier d’un de nos compatriotes, en la personne de Kamdem Carim et sa famille, il subissait en permanence des menaces. Au point de filtrer ses appels. Il aurait même révélé avant sa mort qu’il avait l’impression d’être filé dans la rue et que son téléphone serait mis à l’écoute par les services secrets. Des personnes non identifiées lui avaient clairement dit au téléphone de laisser tomber cette affaire s’il tenait à sa famille et à sa vie. Mais compte tenu de son flegme et de sa détermination à toute épreuve, il n’a pas cru bon prendre toutes ces menaces au sérieux.A en croire ses proches, il avait déclaré qu’il n’était pas prêt à se laisser intimider par des gens qui n’avaient pas le courage d’assumer leurs positions. Ses ennemis ont-ils finalement eu raison de lui ? La question ne cesse de tarauder les esprits.

Pas de fumée sans feu

Cette scabreuse affaire a emmené certains membres de la société civile et autres défenseurs des droits de l’homme à se souvenir  de l’assassinat au mois d’avril 2018 de Kamdem Luc, activiste et membre de la Société civile. Oncle de Kamdem Carim, il avait été retrouvé au petit matin sans vie à l’entrée de son domicile, avec un poignard planté dans le dos. La scène s’était produite à Dadi dans l’arrondissement de Akwaya dans le Sud-ouest du Cameroun. Cet homme qui avait entrepris de soutenir son neveu, Carim Kamdem, contre vents et marées dans l’affaire qui l’oppose jusqu’à présent à ses détracteurs, déterminés à le mettre hors d’état de nuire n’est plus malheureusement là au grand désarroi de la famille restée sans voix. C’est dans cette perspective qu’il avait entrepris des démarches contre l’Etat du Cameroun et quelques dirigeants influents encore au pouvoir à la Cour africaine de Justice de Ndjamena au Tchad et exigeant réparation et dommages causés à la famille depuis 1995 après l’assassinat de son père ; dommages qui selon les experts se chiffrerait à plusieurs milliard de francs Cfa.

Ses détracteurs par contre arguent que feu Kamdem Luc a été sacrifié à l’hôtel de ces convictions politiques. Acteur de la société civile et véritable critique de la politique du gouvernement, il a pris faits et cause à plusieurs reprises pour la cause anglophone.Rappellons qu’il avait toujours été soutenu dans ses combats par son neveu Kamdem Carim que les services secrets camerounais soupçonnent jusqu’aujourd’hui d’après des sources internes à la police comme le véritable soutien financier dans ses multiples combats.

Kamdem Carim est-il victime de son entêtement ?

Mais ce qu’il ne faut pas exclure, c’est que c’est l’entêtement de ce jeune compatriote qui serait la cause des malheurs qui s’abattent sur cette famille. Parce qu’il n’a pas eu de cesse de décrier de tels faits rédhibitoires, transposant ainsi sur lui, les exactions qu’avaient subi son défunt père, au motif de ce qu’il entendait très certainement perpétuer les mêmes dénonciations. Dénonciations qui en leur temps avaient fait état de gabegie institutionnelle.

Des sources indiquent que les bourreaux de son défunt père ne sont pas prêts de s’arrêter tant qu’ils n’auront pas mis la main sur lui, déterminé qu’il est à tout faire pour que ceux qui ont tué son père et faits main basse sur ses nombreuses propriétés et autres structures économiques, en paient le prix fort.

Continuant ainsi la même politique que son défunt père, Kamdem Carim s’est mué sans le savoir en véritable ennemi d’Etat. Et aux dires de nos sources, il détiendrait des informations que son père avait laissées sur des personnes haut placées à l’origine de tous ses malheurs.

Sous couvert d’anonymat plusieurs proches de la victime nous ont fait savoir qu’avant la mort de Ndjeume Hyppolyte, il avait été cambriolé à son bureau, et à son domicile. Et au cours de ces opérations, de nombreux dossiers ont été emportés. Et comme un malheur ne vient jamais seul, la Fédération camerounaise de football vient d’impliquer Kamdem Carim dans un transfert douteux de 2010 et demander que sa licence FIFA lui soit retirée.

Des faits et bien d’autres qui interpellent l’urgence d’une action de la société civile et des organismes nationaux et étrangères. Car à ce rythme, combien de personnes, membres ou relation de cette famille seront encore assassinés tant qu’ils n’auront pas atteint la principale cible qu’il accuse également d’être parmi les personnes qui soutiennent financièrement les séparatistes anglophones. Affaire à suivre.

ZE Onana

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here