Bertrand Pierre Soumbou Angoula célébré par les siens: Populations et religieux de Lembe Yezoum prient pour Paul Biya et le fils prodige

0
195
Bertrand Pierre Soumbou Angoula. DG ENAM

Nul n’est prophète chez soi ? Peut-être bien. Mais pour une fois, la maxime ne s’est pas vérifiée  à l’occasion de la dernière fête de la jeunesse, choisie fort opportunément par les patriarches et autorités religieuses de la localité de Lembe Yézoum (département de la Haute-Sanaga, région du centre), pour célébrer un jeune fils du terroir ayant bénéficié deux mois plus tôt de la haute confiance du chef de l’Etat.

Nommé le 14 décembre 2018 à la tête de l’une des plus prestigieuses écoles du Cameroun, l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature, chargée de former les hauts commis de l’Etat pour la préfectorale, la justice, les finances …Bertrand Pierre Soumbou Angoula, puisqu’il s’agit de lui,  jeune magistrat  coopté par un Paul Biya soucieux de montrer sa sollicitude pour la jeunesse méritante du Cameroun, a été célébré comme il le faut par ses parents de l’arrondissement de Lembe Yezoum.

Ils se sont mobilisés comme un seul homme, pour l’adouber, l’accompagner de leur onction, remercier le chef de l’Etat d’avoir cru en leur fils, et surtout prier l’Eternel de veiller aussi bien sur le jeune promu que sur le président Paul Biya qui l’a pris sous son aile, lui garantissant ainsi, si les fruits tiennent la promesse des fleurs, une carrière  qui pourrait se révéler des plus enchanteresses. Un souhait du reste partagé par beaucoup dans ce pays où les jeunes doivent aussi prouver qu’ils peuvent aussi bien qu’ils le savent, et faire ainsi mentir ce proverbe d’Henri II Estienne (1528-1598),« si jeunesse savait, si vieillesse pouvait » « Les Prémices » (1594). 

Bertrand Pierre Soumbou Angoula conscient de la lourde tache à lui confiée par le chef de l’Etat.

De l’avis  de tous ceux qui ont assisté au culte œcuménique  donné par la localité de Lembe Yezoum à l’occasion de la dernière semaine de la jeunesse, c’est un jeune qui a été littéralement porté en triomphe par ses parents, et c’était  tout un symbole ! Les Yézoum avaient battu le rappel des troupes pour donner la fête à ce digne fils dont ils sont fiers. « Un appel qui a retenti bien au-delà du petit arrondissement », constatera un d’un observateur avertis présents à cet événement grandiose.

En effet, ce jour-là, Bertrand Pierre Soumbou Angoula qui n’avait certainement pas encore pris l’entière mesure de ce qu’il représente désormais pour le peuple Yézoum dans toute sa diversité, autrement dit des attentes en termes d’espoir de rayonnement qui est placé en lui, en a été plus  qu’avisé.

On comprend qu’il ait alors tenu à rassurer les uns et les autres : « Nous essayerons dans la mesure du possible de satisfaire à ces attentes, sur le plan social, politique, etc., dans la mesure et  la limite de ce qu’on peut faire, et dans le respect des règles de la République. ».

Un propos clair et sans équivoque, à l’intention de ceux qui penseraient que monsieur Soumbou Angoula est à la tête d’un royaume dont il disposerait du patrimoine à sa guise, car le Cameroun étant une république, est le bien de tous, et chacun de ses démembrements ne peut fonctionner que selon des règles préétablies.

L’onction des chefs traditionnels et la bénédiction des hommes de Dieu.

Les dépositaires du pouvoir ancestral, avec l’onction du chef supérieur de la tribu, anoblissent le jeune Directeur Général et le couvrent de bénédictions. Pour sa Majesté Charles Ateba, président de l’Association des chefs traditionnels de Lembe Yezoum, « cette nomination a réveillé chez nous un espoir. Notre peuple ici était découragé. Et quand le président de la République, comme par hasard, nomme un jeune, ça veut dire qu’il recrée l’espoir. ».

Et les hommes d’église, à leur tour, d’y apporter du leur. Ainsi dignitaires de l’Eglise Presbytérienne du Cameroun (EPC), pasteurs de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour, ou prêtres de l’Eglise Catholique Romaine, tous ont tenu dans leurs prêches respectives, à confier le jeune prodige et sa mission aux mains du Seigneur, l’Eternel.

Mais pour Bertrand Pierre Soumbou Angoula, il était aussi et surtout question d’intercéder auprès du Maitre de toutes choses dans et sous les cieux, pour qu’il continue de regarder avec bienveillance celui qui conduit les destinées du Cameroun, et qui lui a souverainement et discrétionnairement délégué la tâche de veiller sur l’ENAM : « Nous sommes venus prier, non seulement pour nous, pour que Dieu nous accorde effectivement sa protection, qu’il accorde également longévité, beaucoup de santé, au chef de l’Etat, afin qu’il puisse poursuivre sa politique qui doit nous conduire vers l’émergence. ».

Pour tout dire, personne ici n’a oublié de montrer sa gratitude à celui grâce à qui l’événement du jour a été rendu possible, comme le témoignait l’importance et la qualité du public, des hommes politiques et du décor de la place des fêtes. La rencontre de Lembe Yezoum était aussi et surtout destinée à dire « Merci ». Merci d’avoir permis qu’à travers le magistrat Bertrand Pierre Soumbou Angoula, l’arrondissement de Lembe-Yézoum voit  de nouveau son nom inscrit dans le gotha politico-administratif national.

Igor Chahoua envoyé spécial à Lembe Yezoum

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here