Economie numérique

0
1266
Camtel_IUT
Camtel_IUT

Camtel_IUT

       Nkoto Emane parraine les étudiants de l’Iut de Douala

 

 

En s’inscrivant comme parrain de la promotion 2017-2018 des étudiants ayant achevé leur formation dans cet institut de technologie, la Camtel s’est positionnée comme un maillon essentiel dans la vulgarisation de ce secteur aux nombreuses perspectives pour le Cameroun et sa population.

Le terme économie numérique est la conjonction deux termes polysémiques en ce sens que chacun des deux peut revêtir plusieurs significations selon les préoccupations du spécialiste qui y jette son regard (pour l’économie) ou le domaine d’application (pour le numérique). Il renvoie par conséquent à des réalités différentes (Ntic, commerce électronique ou e-commerce, commerce mobile ou m-commerce, économie électronique, nouvelle économie, etc.), qu’il tente d’englober dans une seule et même sémantique.

Toutefois, l’on peut s’accorder de manière consensuelle et minimaliste sur le fait que l’économie numérique peut être définie comme l’ensemble des activités économiques créatrices de valeurs et d’emplois et qui sont liées au numérique qui renvoie, techniquement, à toute représentation de l’information par un nombre fini de valeurs discrètes.

Le mariage des deux concepts (économie et numérique) désigne ainsi le secteur d’activité économique relatif aux technologies de l’information et de la communication notamment à la production et la vente de biens, services et contenus numériques. Il englobe, au-delà des concepts réducteurs énumérés plus haut (e-commerce, m-commerce, nouvelle économie, etc.), les services de télécommunications, l’audiovisuel, l’industrie du software, les réseaux informatiques, les équipements informatiques et télécoms, les services d’ingénierie informatique, les services et contenus en ligne, etc.

Il importe de souligner que si le vocable est nouveau, il n’en est pas de même de la signification à laquelle il renvoie. En effet, l’émergence et le développement fulgurant des technologies de l’information et de la communication, ainsi que leur immixtion dans tous les secteurs d’activités, sont le fruit d’un long processus qui a revêtu plusieurs formes et qui a contribué progressivement à imprimer une nouvelle trajectoire à l’économie mondiale.

C’est donc que, tenant compte des orientations données par le président de la République lors de son discours à la jeunesse le 10 février 2016, message au cours duquel un accent avait été mis sur l’importance de l’économie numérique et où il avait été recommandé aux instituts de formation, publics ou privés, de jouer pleinement leur rôle en identifiant les métiers nouveaux et en adaptant en conséquence leurs programmes, que le Directeur général de Camtel David Nkoto Emane a accepté d’être le parrain d’honneur de la promotion 2017-2018 de l’Iut où il a été mis en application cette directive du chef de l’Etat. Conséquemment, lors de la cérémonie du 24 novembre 2017 relative au parrainage des étudiants de la promotion 2017-2018, la présence du Directeur Général de la Cameroon Telecommunications (Camtel), David Nkoto Emane pouvait se justifier. D’ailleurs dans son allocution, le directeur de l’IUT, le Pr Jacques Etame, a estimé que la présence du Dg de l’entreprise de télécommunications au sein de son établissement remettait au gout du jour la mise en place de formations  adéquates, adaptées, dans l’intérêt de l’économie nationale et du développement de l’emploi-jeune.

Quoi de plus normal donc que le Dg de Camtel se soit entretenu avec les étudiants sur les différents types de métiers du  secteur de la communication, l’évolution de ce secteur d’activité avec tout ce que cela comporte comme changements depuis les années 90 à nos jours, etc. et d’insister sur le fait que le secteur des télécommunications reste tout aussi porteur que celui du pétrole, aujourd’hui en difficulté qu’il tend même à remplacer. C’est pourquoi, s’inscrivant dans la logique du chef de l’Etat, le Dg de Camtel demande d’aller « au-delà des seuls services » et donc, « d’oser » C’est-à-dire cesser d’être de simples admirateurs d’un monde qui n’en finit pas de changer. Et d’ajouter que « le sursaut devient indispensable lorsque la détermination à participer à la dynamique envoutante d’un village planétaire, soumis à d’intenses mutations que dictent les Technologies de l’Information et la Communication, est réelle. » Encore qu’à Camtel, malgré un effectif de 3500 personnels, l’entreprise aura encore besoin de main-d’œuvre. 88 ingénieurs dans l’immédiat et pour l’année prochaine, pas moins de 300 personnels à recruter. Les étudiants formés à l’Iut devront donc profiter de cette aubaine et prendre leur formation très au sérieux. Ce sérieux qui ne devra pas s’inscrire dans le cadre « des infiltrations qui en dénaturent assez souvent le bien fondé, diabolisant même les usages de l’économie numérique. La mise en garde du Dg de Camtel est d’autant plus actuelle que « le crime et la duperie ont gagné les espaces d’expression sur les communications électroniques. Banditisme organisé, fraude par Simbox, insécurité grandissante, les mots n’en finissent plus pour trouver chaque jour de nouveaux qui qualifient ces utilisations malveillantes des avantages pourtant nombreux des TIC. »

Du côté étudiants comme des enseignants, tous devront recevoir des formations pour améliorer la qualité des enseignements prodigués et en fonction des besoins de ce secteur d’activité. Le meilleur reste toutefois à venir.

                                                                                                                                                    Danick NITCHEU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here