Entretien avec Dr Armand Nghemkap « C’est par une riposte gouvernementale forte, ferme et active que le Cameroun pourra inverser la tendance de sa courbe épidémique et éviter ainsi l’hécatombe sanitaire annoncée. »

0
296

Médecin urgentiste et spécialiste en biologie du sport, le Docteur Armand Nghemkap est au cœur de la guerre contre le covid-19 en France, plus précisément au CHG de Soissons où il est praticien. Dans cet entretien, ce camerounais qui a déjà effectué plusieurs missions sanitaires au pays de Paul Biya nous livre  les clés pour trouver des solutions afin de venir à bout de cette pandémie au Cameroun. Lisez plutôt.

 

Forum Libre : Bonjour Docteur et merci de nous accorder cet entretien en ce temps de crise sanitaire dominée par les ravages du Covid-19 dans le Monde. Le médecin urgentiste que vous êtes exerçant dans les hôpitaux français peut-il nous situer sur l’évolution de la pandémie en France?

Dr Armand Nghemkap : La pandémie mondiale à COVID 19 en France est au stade du pic épidémique mais n’a pas encore atteint la phase plateau. Grace à  la réorganisation de son système de soins avec l’arrêt total de toutes les hospitalisations non urgentes, on dispose encore en France de lits d’hébergement pour des patients infectés par le coronavirus et nécessitant une prise en charge hospitalière. Par contre les capacités d’hospitalisation dans le secteur de soins intensifs et de réanimation sont largement débordées du fait de l’afflux plus qu’habituel de personnes infectées par le COVID 19 avec des détresses respiratoires pendant l’ascension vers ce pic épidémique. Toutefois, le système de santé français résiste bien à cette pandémie mondiale à COVID 19 que j’ai qualifiée dans une précédente interview dans un quotidien français comme étant une tornade de forte amplitude.

 

FL : Vous avez effectué plusieurs missions d’assistantes sanitaires et d’éducation des masses au Cameroun. Comment vous appréciez l’évolution de la pandémie au Cameroun?

 

AN : Je me fais beaucoup de soucis sur l’évolution de la pandémie au Cameroun. Je constate que la courbe épidémique camerounaise suit avec un mois de retard la courbe épidémique française. La France a enregistré son premier décès à COVID 19 le 26 février dernier. Au moment où je réalise cette interview soit à peine un mois après ce 1er cas de décès constaté, on compte déjà  en France plus de 7000 morts et plus de 70000 cas déclarés alors que la France ne pratique pas encore de dépistage de masse. Le Cameroun a enregistré son 1er décès en date du 24 mars dernier et des médecins ont déjà été déclarés morts de COVID 19. Si ces informations sont exactes, je vous laisse imaginer la suite. La situation sanitaire du Cameroun vis- à- vis de cette pandémie mondiale à COVID 19 me parait très préoccupante et l’urgence est vraiment d’agir.

 

FL : Étant au  cœur de la lutte contre la pandémie en France, quels sont les conseils que vous pouvez donner au gouvernement camerounais pour empêcher l’évolution du virus.

 

AN : Je ne pense pas avoir de conseils à donner à un quelconque gouvernement fut-il du Cameroun, mon pays d’origine. Je préfère plutôt apporter ma modeste contribution dans la guerre que le monde mène actuellement contre cet ennemi invisible mais bien redoutable qu’est le COVID 19. Etant en première ligne de front dans cette bataille comme médecin urgentiste mais également comme chroniqueur et consultant santé, j’ai acquis par l’observation et l’analyse des données recueillies sur le terrain une solide expérience sur la stratégie à adopter pour gagner cette guerre. C’est en cela que j’ai compris que toute riposte gouvernementale doit intégrer 3 paramètres: la population, le système de santé et la gouvernance. Je travaille sur le sujet depuis mi- février et j’ai d’ailleurs  consacré ma chronique santé hebdomadaire  » Allô Dr Armand  » que je diffuse sur Medi 1 RADIO tous les mercredis à la compréhension de cette pandémie mondiale à COVID 19. Je ne peux détailler ici tous les éléments de cette stratégie mais je demeure à la disposition de tous ceux qui veulent en savoir plus. Tout ce que je peux rajouter est que la stratégie de guerre contre ce COVID 19 au Cameroun doit absolument intégrer en plus des mesures gouvernementales déjà édictées, un confinement adapté avec des mesures d’accompagnement socio-économiques, le port du masque obligatoire dans tout lieu public, le dépistage de masse et la validation à large échelle de la prescription médicale protocolisée de la CHLOROQUINE qui a montré son efficacité associé à  un antibiotique, l’ AZITHROMICINE. Je préconise également l’apport de la télémédecine qui me paraît être  une arme stratégique dans cette guerre que le Cameroun mène désormais contre le CORONAVIRUS. C’est par une riposte gouvernementale forte, ferme et active que le Cameroun pourra inverser la tendance de sa courbe épidémique  et éviter ainsi l’hécatombe sanitaire annoncée.

 

FL : Votre avis sur le traitement du Covid19 par la chloroquine.

 

AN : Vous venez de comprendre dans ma proposition d’une stratégie de guerre contre le CORONAVIRUS  au Cameroun que je considère  ce protocole comme une arme de destruction massive du COVID 19 au Cameroun.

 

FL : Votre mot de fin à l’endroit des populations camerounaises.

 

AN : La pandémie mondiale à COVID 19 est désormais une réalité au Cameroun mais les camerounais ne doivent en aucun cas sombrer dans la panique ni dans la psychose. Le COVID 19 est bien présent au Cameroun mais nous avons des armes non négligeables à notre disposition pour le neutraliser. Dans cette bataille contre le CORONAVIRUS, chacun doit y apporter sa contribution et être maître de sa propre destinée en respectant tout simplement les règles de protection édictées, les règles barrières, l’hygiène des mains, le port du masque, les règles de distanciation sociale. C’est à ce prix-là que le Cameroun gagnera cette guerre contre le COVID 19. Tout incivisme et toute tergiversation en terme de riposte au COVID 19 se soldera en taux de mortalité insupportable pour toute l’opinion publique digne de ce nom.

                                            Entretien réalisé par Prince Aristide Ngueukam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here