Faux scandale autour du concours d’entrée à l’Eamau: Le ministre Mbwentchou humilie ses contempteurs

0
394
Le ministre Mbwentchou victime d'un procès en sorcellerie

Dans une circulaire publiée le 30 août dernier, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme  et du Développement urbain(Minhdu) a publié une « mise au point », pour clarifier le processus d’admission à l’Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme(Eamau) de Lomé, dont certains ont voulu créer des intrigues malveillantes autour des résultats, dans le seul but de ternir l’image de Jean Claude Mbwentchou.

Voici les résultats qui causent tant de poussée d’urticaire chez les tribalistes de tous bords qui aiment à transporter leurs tares sur les autres.
Depuis la publication, le 22 août dernier, des résultats de la 41ème édition du concours d’entrée en première année à l’Eamau de Lomé, des délateurs et autres lobbies déstabilisateurs ont, avec une  étonnante  imagination, distillé savamment une vive polémique dans les médias et sur les réseaux sociaux, pour  accabler le ministre Jean Claude Mbwentchou, en l’accusant d’avoir dissimulé l’annonce du lancement des recrutements dudit concours, afin de faire profiter les ressortissants de la Région de l’Ouest dont il est originaire. Ces esprits mal intentionnés ont certainement voulu inspirer dans un concours africain, les « camerouniaiseries» qui ont cours dans notre pays. Pourtant, il ne s’agit ni de l’Iric, ni de l’Enam…, mais d’un concours au niveau continental.
Pour la gouverne des uns et des autres,  « il s’agit d’une école dont le Cameroun est l’un des Etats-membres. Lors du déroulement du concours qui se fait sous surveillance de la police, les feuilles de copies anonymées sont transférées au Togo,  sous pli fermé par la police, et acheminées par Dhl. Les corrections se font là-bas, et le ministre reçoit les résultats par ordre de mérite », précise Bello Mohaman, le responsable en charge de ce concours au Minhdu. « Contrairement à ce que veulent insinuer les gens, la vérité est qu’il n’y a pas de possibilité de fraude, puisque dans ce pays d’Afrique de l’ouest, ce genre de pratique n’est pas admissible », ajoute-il.
Les vérités de Jean-Claude Mbwentchou

Comme l’a si bien précisé le ministre Jean Claude Mbwentchou, l’Eamau est une école autonome, ouverte à tous les Camerounais désireux de se faire former dans les métiers de l’architecture et de l’urbanisme. Par conséquent, les résultats publiés le 22 août dernier sont ceux qui lui ont été transmis par le Dg de l’Eamau, le 13 août 2018 par Dhl. Il s’agit de la correspondance N° 000916/Eamau/Daas/2018 du 31 juillet 2018, a-t-il précisé.

 

Dans son communiqué du 30 août 2018, le ministre Mbwentchou s’explique d’abord sur la phase de lancement du concours et du dépôt des dossiers. A cet effet, il  assure que l’avis de concours avait été diffusé via les canaux habituels que sont Cameroon Tribune, la Crtv, l’affichage dans ses services centraux et déconcentrés, ainsi que sur le site internet du Minhdu et ses réseaux sociaux, avant de faire coller des affiches dans les universités camerounaises.

 

La procédure

Une fois le concours lancé, les dossiers des candidatures sont envoyés à la direction de l’école à Lomé, au Togo. Préparées en toute autonomie par l’Eamau, les épreuves du concours sont acheminées dans les différents pays sous pli fermé et scellé. Après les épreuves écrites, les copies anonymes sont scellées et au terme du concours, elles sont envoyées au Togo. A l’issue  des corrections, les différents Etats-membres reçoivent les résultats de l’ensemble de leurs candidats, signés par le directeur de l’Eamau et classés par ordre de mérite, et par filière. De plus, avant la transmission physique aux Etats-membres, les résultats sont mis en ligne sur le site internet de l’école et sont, par conséquent,  consultables par tous.

 

A en croire les auteurs de polémique, ils accusent et trouvent suspect  le fait que la majorité des candidats admis provienne de la Région de l’Ouest, au regard de leurs patronymes respectifs (des 30 lauréats, 26 sont de cette Région). Sur ce point, Jean Claude Mbwentchou indique, dans son communiqué, que sur 430 candidatures camerounaises enregistrées à ce dernier concours, 320 postulants seraient originaires de la même région, «en dépit de la batterie des moyens de communication suscités déployés tant à l’échelle nationale qu’internationale». Or, il ne s’agit pas d’un quelconque favoritisme régional, comme le prétend les supposés contestataires : « les corrections sont faites à Lomé, en l’absence de tout représentant des Etats-membres(…) Les notes des candidats par matière y sont mentionnées pour l’ensemble des 14 pays. Chaque candidat connaît, par conséquent, ses notes et son classement ».

Avis aux prochains candidats !

Pour réagir dans le même sens, le directeur de l’urbanisme au Minhdu Bello Mohaman, outré par cette vaine controverse, a réagi ferment dans les médias, avec des précisions supplémentaires : « Je suis désolé pour ceux qui veulent faire le buzz. Je suis le responsable de ce concours, et je suis nordiste. Ça fait plus de 20 ans que ce concours existe et les gens de l’Ouest ont toujours pris quasiment toutes les places, car ils représentent toujours 95 à 98% du nombre des candidats…». Ce n’est pas la première fois, rappelle-t-il, que la Région de l’Ouest vient largement quant au nombre de places à pourvoir. Car, c’était déjà le cas avant la nomination de Jean Claude Mbwentchou à la tête de ce département ministériel : « ça fait plus de vingt ans  que ce concours existe, et les gens de l’Ouest ont toujours pris quasiment toutes les places. Car, ils représentent toujours 95 à 98% du nombre des candidats. Je m’en occupe depuis quatre ans ».

En définitive, les colporteurs de cette  cabale contre le Minhdu gagneraient plutôt à être attentifs pour les prochaines échéances. Car, ce concours est généralement lancé entre la fin du mois de mars et la première semaine du mois d’avril. A bon entendeur !

Ngonda Mballa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here