GRANDE INTERVIEW AVEC Michel Bouba, Président National du Rrpc

0
346
fdjhx
guid

fdjhx

« Le projet de loi sur le terrorisme ne nous fait pas peur. Nous allons mettre un mouvement aussi et autant important et puissant pour une révolution au Cameroun….. »

« Nous allons descendre dans la rue (…) »

« Le régime Biya lui-même est déjà terroriste. La loi ne vient qu’entériner ce qui se pratique déjà. »

Ayant constaté un certain nombre de griefs contre ceux qui sont au pouvoir depuis une trentaine d’années, monsieur Bouba Michel, qui se dit « engagé, au four et au moulin pour aboutir à cette alternance, leader politique ayant été arrêté 376 fois et ayant 11 procès politiques et en attente de passer à la Cour criminelle pour soi-disant  tentative de coup d’Etat contre le président Biya », a bien voulu réagir face à la dernière actualité sur le continent africain et au Cameroun.

Comment avez-vous réagi par rapport à la situation au Burkina Faso, vous qui n’avez que le mot alternance dans votre bouche ?

Nous avons une idéologie sachant que nous avons en face de nous un système qui est répressif et dictatorial. Notre parti qui mène des actions se retrouve dans un collectif en vue de nous battre et aboutir à cette alternance tant souhaitée.

Pour ce qui est du Burkina Faso, je tiens à tirer un coup de chapeau à la jeunesse de ce pays frère et ami que nous avons toujours côtoyé à travers l’ex-président Compaoré lui-même ou à travers le camerounais Guerandi qui était l’un des conseillers militaires et avec qui nous avons aussi souvent collaboré pour savoir ce qui se passe dans ce pays là. Cette révolution est une leçon pour les jeunes camerounais que nous sommes. Elle permet à tous de comprendre qu’aucun dirigeant dans le monde ne peut s’octroyer la mystification de son être ou du pouvoir qu’il détient, car le pouvoir appartient au peuple. Cela est d’autant plus vrai qu’aucun dirigeant n’est fort et Puissant. Seul Dieu est fort et puissant et il est du côté du peuple. Monsieur Biya doit comprendre qu’il a eu la chance de faire déjà 32 ans au pouvoir. Il doit se débarrasser du pouvoir sinon le pouvoir va se débarrasser de lui à travers le peuple et les jeunes que nous sommes. Parce que nous sommes épuisés, fatigués d’attendre qu’il y ait une alternance, qu’il y ait un changement à la tête du Cameroun. Compte tenu de ce que son comportement et celui de son gouvernement avec lequel il travaille depuis belle lurette ne veulent rien faire pour changer, rénover le système gouvernemental. Vous n’avez qu’à voir leur âge. Nous avons des dirigeants qui n’arrivent même plus à se lever pour aller au bureau le matin. Quand nous voyons cela en tant que jeune, nous disons que ce qui s’est passé au Burkina Faso devait sonner l’alarme et nous permettre de tirer des leçons. Dans les semaines avenirs, nous allons mettre un mouvement aussi et peut-être plus important et puissant que celui qui a renversé Blaise Compaoré pour une révolution au Cameroun.

Vous parlez de mouvement puissant pour une révolution au Cameroun, vous semblez ne pas être au courant du projet de loi visant à réprimander par la mort tout acte terroriste au Cameroun alors ?

Je vous ai dit d’entrée de jeu que je suis à ma 376ème arrestation et que j’ai 11 procès en cours. Avant que cette loi ne soit votée à l’Assemblée Nationale, le régime de monsieur Biya était déjà totalitaire, répressif. Ce qui signifie qu’il n’y a jamais eu de liberté dans ce pays. Je pense plutôt qu’ils veulent officialiser leur actes terroristes parce que c’est eux les terroristes ; parce que lorsqu’on crée une unité militaire comme le Bir et qu’on leur donne pour option le crime, parce qu’ils ont le droit de tuer, on est même déjà plus dangereux que la loi qu’on va voter. Nous ne devons pas avoir peur. En tout cas, moi Bouba, je n’ai pas peur. Je sais que nous ne sommes pas dans un état de droit. Il n’y a pas la justice au Cameroun. Quand on a l’habitude de m’arrêter et de me garder pendant un mois au frais, ce n’est pas parce qu’il y avait la loi anti terroriste, c’est parce que le régime lui-même est déjà terroriste. Cette loi ne fait que montrer que le pays est comme cela. Ce que d’ailleurs l’occident n’accepte pas. Encore que le Cameroun est dans la ligne rouge. C’est-à-dire que le régime de monsieur Biya est considéré comme le régime le plus répressif et dictatorial dans le monde après la mort du dictateur coréen Kim Jong Hil. Ce n’est pas nouveau, les manifestations publiques au Cameroun ont toujours été réprimées. Ceux des leaders qui sont descendus dans la rue savent que la manifestation a toujours été réprimée ici au Cameroun avec énergie. En ce qui me concerne, des magistrats à Yaoundé qui ne sont pas des hommes politiques m’ont interdits de séjour dans la capitale de mon pays. Auquel cas, ils ne m’enverraient pas à Kondengui, mais me faire exécuter. Donc la loi anti-terroriste a toujours existé dans la pratique. Elle le sera dans les textes maintenant.  Le totalitarisme est plus dangereux que le terrorisme. Le terrorisme est de l’autre côté et non du nôtre. Monsieur Biya est terroriste.

Paul Biya lors du dernier conseil ministériel qu’il a tenu en début de ce mois de décembre a reparlé de plan d’urgence allusion faite au laxisme qui caractérise le gouvernement en ce moment. Vous avez une réaction ?

C’est déjà bien de suivre l’actualité et de savoir ce qui se passe dans son pays tout comme revisiter les actions du chef de l’Etat et même du gouvernement. Mais ce conseil ministériel ne m’ébranle pas. Ça n’apporte pas un plus aux Camerounais. Monsieur Biya est fatigué, épuisé. Il n’a même plus le droit d’être président de la République. Il devrait se retirer après avoir reçu le pouvoir des mains d’Ahidjo et ayant fait 7 ans à la primature en sa qualité de successeur constitutionnel de monsieur Ahidjo. Je ne comprends donc pas pourquoi on devrait encore le suivre pour dire qu’il a présidé un conseil ministériel. La moyenne d’âge de ce conseil était de 72 ans. Est-ce que des gens de cet âge peuvent encore avoir de la vigueur pour travailler et apporter quelque chose de nouveau ? Quelle impulsion peut-on encore donner à cet âge ? Mais il avait toujours donné des instructions depuis 32 ans. Qu’est-ce que ça a donné ? Vous pensez qu’en fin 2014, Monsieur Biya est encore capable d’apporter quelque chose ? De la soixantaine de ministre avec lesquels il a tenu ce conseil, une quarantaine a détourné de l’argent. Il devient inutile de considérer ce genre de conseil ministériel. La preuve : il a presque deux gouvernements en prison. Pour nous, ce qui nous préoccupe, c’est le départ de Biya et de ses acolytes du gouvernement pour laisser de la place aux jeunes compétents qui peuvent apporter beaucoup de choses. C’est pour vous dire qu’on n’a rien à cirer de ce conseil. Ca ne nous ébranle pas. Car tous ces ministres ne tiennent plus debout, c’est des croulants. C’est de la pure moquerie, je dirai même de l’insulte à l’égard des jeunes que nous sommes.

                                    Alain Cédric yompa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here