Mafia dans le Projet de logements Sociaux à Mbankomo : Déjà 36 milliards croqués par L’entreprise PIZAROTTI pour aucun investissement sur le terrain.

0
194
Célestine Ketcha Courtes(Le dossier est suivit par le président de la république…)

Pour la construction de 1000 logements sociaux et une base industrielle à 110 milliards de FCFA, l’entreprise Italienne Pizzariotti a déjà perçu une avance de 36 milliards de FCFA depuis deux ans et zéro travail sur le terrain. Elle vient à nouveau de solliciter 44 milliards de FCFA avec l’aval du Minduh Célestine Ketcha Courtes. Au cœur d’un scandale qui risque d’emporter l’ex maire de Bangangté.

 

Digne d’un film de la haute mafia italienne, le grand projet de  10000 logements sociaux de Mbankomo et ses environs est en voie d’être un éléphant blanc. Conçu au départ pour la construction de  10000 logements sociaux et une base industrielle pour un cout total de 350 milliards de FCFA, le gouvernement a opté pour la construction d’un premier lot de 1000 logements et une base industrielle de 20 Ha pour un cout total de 115 milliards de F. Rappelons que c’est le 01 mars  2017 que la signature de la convention de prêts des 115 milliards de F  a été signé entre la Banque Italienne INTESA Sanpaolo  et le Minepat de l’époque  Louis Paul Motaze. Il faut indiquer que ce prêt comprend « un crédit-acheteur d’environ 101 milliards de F, garanti par l’Agence du gouvernement italien de garantie à l’export (SACE), et un crédit commercial lié d’un montant de 14,1 milliards de FCFA ».

Au départ, c’est le groupement PIZZAROTTI/Basics International qui a été retenu pour l’exécution des travaux mais des sources au Minhdu affirment que l’ex Minhdu, Jean Claude Mbwentchou, avait décidé d’exclure Basics International afin que les Italiens de Pizzarotti puissent conduire seul le projet qui devrait être exécuté dans la période 2017-2019.

36 milliards perçus par le Groupe Pizzariotti et toujours rien sur le terrain

A l’occasion, l’entreprise Pizzariotti a perçu une avance de 36 milliards de FCFA  de la banque italienne INTESA Sanpaolo. Mais chose curieuse, depuis près de deux ans déjà, rien n’a été fait sur le terrain. A Mbankomo, les populations sont bien étonnées de savoir que le projet aura encore lieu car les habitants n’ont pas toujours été approchés pour une quelconque indemnisation alors que des sources affirment que celle-ci était prévue dans le dossier et devrait se faire en priorité.

Néanmoins, l’on se souvient qu’en avril 2018 dans le cadre de ce projet, le Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable invitait les populations à assister à la tenue des audiences publiques relatives à l’Etude d’impact Environnemental et Social du 05 au 11 avril 2018, de 10 heures à 16 heures, dans les localités de Ngoumou et de Mbankomo. Et après plus rien.

Cette inquiétude n’est donc pas nouvelle car en juillet 2018 alors que des habitants de Yaoundé indiquaient que le projet de 10000 logements de Mbankomo n’était qu’un autre mort-né du renouveau, le ministre de l’Habitat et du développement urbain (Minhdu), Jean Claude Mbwentchou avait pourtant rassuré : « Le commun des mortels peut penser que c’est un projet qui est dans les tiroirs. Ce projet s’exécute sereinement et nous sommes sûrs que c’est un projet qui va faire tâche d’huile dans le paysage urbain ». Avant de préciser : « Conformément au planning revisité, nous allons démarrer sur le terrain les 100 logements autour des mois d’octobre et de novembre [2018] de cette année. Donc ce n’est pas un projet de vue de l’esprit ».Après ses différentes déclarations de l’ex Minhdu à la Crtv, l’on est surpris de constater que rien n’est toujours fait sur le site mis à disposition par le ministre des Domaines, du cadastre et des affaires foncières (Mindcaf).

Le scandale qui risque d’emporter Ketcha Courtes

Depuis quelques semaines, Forum libre a appris que les responsables de l’entreprise Pizzarriotti sont entrés en contact avec la nouvelle ministre de l’Habitat et du développement urbain (Minhdu), Célestine Ketcha Courtes afin de solliciter non seulement le renouvellement du contrat mais surtout la caution du gouvernement pour un autre décaissement de 44 milliards de FCFA de la Banque INTESA Sanpaolo pour un total de 80 milliards de FCFA sur les 115 milliards de FCA réservés au projet. Pour justifier ce décaissement de 44 milliards de FCFA, les Italiens de Pizzarrioti disent commander le matériel pour la construction de la base industrielle de Mbankomo. Et l’on a envie de savoir à quoi à servir les premiers 36 milliards de frs CFA ?

Depuis que cette démarche a été faite par les italiens de Pizzariotti en direction de Dame Ketcha Courtes, de nombreux haut commis de l’Etat s’interrogent sur la logique et même la sincérité de cette autre  avance  de 44 milliards de FCFA alors que les responsables de PIZZAROTTI ont déjà perçu 36 Milliards de FCFA et rien n’a été faits sur le site en question. A en croire certains fonctionnaires proches du dossier depuis deux ans, « les Pizzariotti ont des soutiens de certains dignitaires et autres hauts commis de l’Etat du Cameroun qui font du lobbying pour faire avaler la supercherie et ils n’hésiteront pas à emballer la nouvelle Minhdu ».Des sources affirment que les Pizzariotti auraient déjà mis tout en œuvre afin d’obtenir la caution de Célestine Ketcha Courtes pour ce dossier qui frise la grande escroquerie de 2019 au Cameroun. L’ex maire de Bangangté a-t-elle déjà mordus l’hameçon des Pizzariotti ? Nous y reviendrons

Prince Aristide Ngueukam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here