NOUVELLE POLITIQUE D’INVESTISSEMENT POUR LA CNPS

0
238
vvv
hbjbv

La Cnps ne veut plus investir à perte

C’est ce qu’on a  pu retenir du séminaire qui s’est tenu le 25 février 2015 à Douala.

vvv« (…) En 2008, la situation était défavorable. Nous n’avions pas d’argent. Aujourd’hui, les mutations sont bien plus favorables. Nous avons de l’argent. Nous avons un matelas financier qui nous permet d’envisager un certain nombre de choses, avec plus de hardiesse. On peut donc donner un coup d’accélérateur à nos investissements… » Ces phrases, c’est Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame, Directeur Général de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) qui les avait prononcé à l’ouverture d’un séminaire qu’il avait lui-même présidé en guise d’introduction d’un séminaire fort enrichissant. Le thème de cette rencontre a porté sur la recherche des voies et moyens sûrs pour rentabiliser l’épais matelas financier sur lequel est assis la Cnps. En d’autre termes, il s’agissait pour les responsables de cette structure  de savoir ce qu’ils doivent faire de leur argent, de comment l’investir pour plus de rendement. Pour y parvenir, la direction générale a fait appel à Financia Capital, prestataire de services d’investissement agréé indépendant de la Cemac et spécialisé dans les métiers d’investissement, dans la perspective   de l’y accompagner dans ce nouveau challenge. A ce sujet, les quatre modules qui ont été développés portaient sur le renforcement des connaissances des participants sur les investissements et la gestion de portefeuille, l’évaluation, la structuration institutionnelle et juridique ainsi que la « bancabilité » des projets. On y a aussi fait état de l’analyse des risques dans le montage des projets…

La Direction Générale de la Caisse souhaite donc diversifier ses investissements, au-delà de son champ traditionnel : immobilier et emprunts souverains. Pour cela, elle s’est inspirée de l’expérience réussie de nombre de pays africains. Elle tenait d’autant plus à ce projet que, le verdict rendu par l’analyse du portefeuille de ses investissements a été clair. De la bouche de son Directeur Général, 3 200 000 000 Fcfa d’actions prises dans certaines entreprises par la Caisse, parfois sous la contrainte, n’ont quasiment rapporté aucune plus-value. Il s’est donc agit, d’investissements à perte. Vu sous cet angle, le contexte et la justification de ce séminaire quoique restreint ayant regroupé outre les experts, trois des administrateurs de la Cnps, le directeur et le directeur général adjoint, le directeur et le directeur adjoint des Finances et du Patrimoine, le chef de département de la Comptabilité, le chef de département des Etudes, de la Communication et de la Traduction et un groupe de managers. Ce qui n’avait pour autant pas altérer la quintessence de la rencontre. 

Il convient aussi de souligner que le portefeuille d’investissements s’élève à 116 000 000 000 Fcfa, réparti en deux groupes. Le premier, se chiffrant à 78 800 000 000 FCFA, est composé de dépôts à terme, d’actions et d’obligations. Le second est de l’ordre de 37 200 000 000 Fcfa. Il comprend des investissements immobiliers essentiellement. Mais « lorsque les investissements se font sans études sérieuses, sans orientations stratégiques, le résultat est toujours mauvais ». il s’est d’ailleurs trouvé que certaines actions prises par la Cnps dans différentes entreprises, parfois sous la contrainte, ont constitué un véritable gouffre à sous pour le portefeuille des investissements de cet organisme avec un rendement quasi nul.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here