Paiement de la dette intérieur et Opération « Coppe»

0
870
Le Ministre Louis Paul MOTAZE. Silence,on travaille.

Bilans satisfaisants au MINFI

Qu’il s’agisse du paiement de la dette intérieure de l’Etat dans lequel ce département s’est engagé depuis le début de l’année, ou de l’Opération de comptage physique des personnels de l’Etat (Coppe 2018) lancé fin avril par le ministre Louis Paul Motaze dans l’optique de rationaliser les dépenses salariales de l’Etat et combattre le phénomène de fonctionnaires fictifs, le ministère des Finances peut se frotter légitimement les mains et ne pas bouder sa satisfaction au regard des réalisations à fin juin pour le premier point et la mi-juillet pour l’autre.

En effet, c’est une note de satisfaction qui a marqué le point sur l’apurement de la dette de l’Etat envers les Petites et moyennes entreprises (PME) pour le compte des exercices 2017-2018.

« Le montant des règlements effectués en avril et mai 2018 se chiffre à 94 milliards FCfa et concerne les liquidations opérées jusqu’au 31 mars 2018.», affirmait alors le ministre Motaze qui tiendra surtout à préciser  que le paiement des liquidations postérieures à cette date va se poursuivre, l’objectif étant de ramener les délais de règlement à moins de 90 jours après la date du service fait, conformément à la réglementation dans la zone Cemac. Ce qui n’était pas toujours le cas jusqu’à présent.

C’est en mars et avril derniers que le ministère des Finances conjointement le département de l’Economie,  a procédé à l’inventaire des prestations réalisées par les PME et n’ayant pas été pris en compte dans les budgets des années précédentes (2013 à 2017). Cet inventaire a donné lieu à la  décision prise par le MINFI le 24 mai 2018, autorisant la prise en charge de 10 milliards FCfa de ces dépenses « tombées dans le clos », c’est-à-dire, engagées mais non ordonnancées par l’Etat et souvent pour des raisons indépendantes de ces PME.

Pour cette année 2018, l’Etat a prévu une enveloppe globale de 713 milliards FCfa pour régler sa dette intérieure sur une créance publique envers les PME   estimée par le Mouvement patronal Entreprises du Cameroun (Ecam), à environ 750 milliards FCfa.

44.000 fonctionnaires fictifs recensés à fin juin 2018

L’onde de satisfaction a également pu se répandre jusqu’à  l’opération de lutte contre les agents fictifs de l’Etat baptisé « Opération de Comptage Physique des Personnels de l’Etat (Coppe 2018) qui a pris fin le 10 juillet dernier. En attendant que soit dévoilée officiellement   en septembre prochain la liste des agents finalement passibles de sanctions (suspension ou radiation),  l’opinion relève avec une pointe de satisfaction la célérité avec laquelle l’opération a été menée, à  telle enseigne qu’en l’espace de  trois mois seulement plus de 274 934 fonctionnaires sur  310 786 déclarés avaient déjà été recensés à la date du 04 juillet, soit un taux de 88,5%.

Possible économie de 100 milliards par an sur la masse salariale de l’Etat.

Bien plus, le résultat  de ce recensement spécial a permis de voir a quel point la fonction publique camerounaise était parasitée par des faussaires : Des sources du MINFI, ce sont quelques 44 000 agents, parmi lesquels des personnes retraitées depuis longtemps mais continuant au moyen de sulfureux stratagèmes à percevoir des salaires de personnels de l’Etat en activité, qui pourraient se retrouver rayés du fichier solde de l’Etat au terme de l’opération.  Leur exclusion pourrait ainsi permettre à l’Etat d’engranger des économies substantielles de l’ordre d’au moins  moins 100 milliards F CFA par an sur une masse salariale estimée en 2017 à 945 milliards par le Directeur Général du Budget, Cyrille Edou Alo’o.

Stephen AYUK

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here