Port Autonome de Kribi: Ces entreprises qui veulent le terminal polyvalent

0
2022
Port en Eau profonde de Kribi

Port Autonome de Kribi

Ces entreprises qui veulent le terminal polyvalent

Voyage au cœur des cinq entreprises pré-qualifiées en pole position pour décrocher ce gros contrat.

 

Gestion du terminal polyvalent de Kribi

Le profil des cinq entreprises pré-qualifiées

Les résultats du  lancement de l’avis de l’appel public international à manifestation d’intérêt du 12 mars 2018, en vue de la pré-qualification des entreprises qui souhaitent assurer la concession des activités de développement d’exploitation et de maintenance du  terminal polyvalent du port en eau profonde de Kribi, a rendu copie. Cinq entreprises, sur les 13 concurrents de départ, ont été pré-qualifiées par la Commission de sélection du Port autonome de Kribi (PAK), à l’effet de gérer prochainement le Terminal polyvalent  de ce géant portuaire sur la côte ouest-africaine.

Selon le communiqué No26 du 28 aout 2018 de patrice Melom, directeur général du Port Autonome de Kribi dont Forum Libre a eu copie, renseigne sur l’identité des heureux élus classées par ordre alphabétique : «Groupement COEGA DEVELOPMENT CORPORATION/TRANSNET ; Groupement MARSA MAROC/AIIF3 ; Groupement MEDLOG/WIDERESOURCES LIMITED ; Groupement PORT D’ANVERS/SINOTRANS/COMEXAS AFRIQUE ; INTERNATIONAL CONTAINER TERMINAL SERVICES ».Si des spécialistes du secteur de la logistique maritime sont presque unanimes sur le choix porté sur les cinq pré-qualifiées parmi les treize entreprises en course au départ et créditant ainsi la commission de sélection du port autonome de Kribi.

Dans les milieux des affaires et de la politique camerounaise, ils sont nombreux à se demander de quelles expériences ces différentes sociétés qui viennent d’être retenues dans une shortlist pour remplacer le Groupement Nécotrans-Kpmo afin de mettre fin à la gestion en régie du terminal polyvalent par les camerounais de Kpmo depuis le 09 juillet dernier. Voyage au cœur des cinq entreprises pré-qualifiées en pole position pour décrocher ce gros contrat.


Patrice Melom, DG du Port Autonome de Kribi: Que le meilleur gagne!

Groupement Coega Development Corporation/Transnet

Deux acteurs mineurs du monde de la logistique

Alors que Coega Development Corporation excelle dans le développement et l’exploitation des zones économiques en Afrique du Sud depuis 1999, son partenaire Transnet se démarque, quant à lui, par le magasinage, la manutention-conseils dans divers ports.

Entreprise publique basée dans la municipalité de Nelson Mandela Bay, Coega Development Corporation (CDC) est présente sur toutes les cotes maritimes de l’Afrique du Sud. Elle a pour mandat de développer et d’exploiter la zone économique spéciale de Coega (ZES) de 11 500 ha, créée en 1999.  Une zone économique qui est en fait délimitée en 14 zones, l’accent étant mis sur les secteurs suivants : métaux / métallurgique, automobile, Business Process Outsourcing (BPO), produits chimiques, agro-traitement, logistique, solutions commerciales, énergie et maritime. Dans ses missions, elle est chargée de créer des emplois, de fournir de la formation et du développement, les opportunités de développement, afin de réduire le chômage, les inégalités et éradiquer la pauvreté dans le Cap-Oriental, en mettant l’accent sur le métro Nelson Mandela Bay, en particulier. Au cours des 17 années écoulées depuis sa création, la CDC est devenue la ZES la plus prospère d’Afrique du Sud et est devenue l’un des principaux moteurs de la création d’emplois et du développement de l’économie du Cap oriental. Il est conçu spécifiquement selon le modèle de cluster, qui positionne stratégiquement les industries connexes et synergiques et leurs chaînes d’approvisionnement à proximité les unes des autres afin de maximiser l’efficacité et de minimiser les délais. Coega est impliquée dans une série de contrats de trois ans, avec un certain nombre de départements du gouvernement du Cap-Oriental et du KwaZulu-Natal.

Partenaire de Transnet pour le Terminal polyvalent

Malgré la réputation dont elle jouit dans la logistique en Afrique du Sud, Coega se fait appuyer dans l’appel public international à manifestation d’intérêt du 12 mars dernier, en vue de la pré-qualification des entreprises qui souhaitent assurer la concession du Terminal polyvalent du PAK. Leader dans son domaine, Transnet Logistique a pour spécialités, le magasinage, la manutention et conseils, etc… Son expérience est aussi palpable dans des domaines tels que la grande distribution, la construction, le marché du véhicule, l’agroalimentaire, le gaz, etc…L’entreprise dispose également d’importants moyens logistiques. C’est donc avec ce partenaire que Coega entend remporter la concession du Terminal polyvalent du PAK.

COEGA. Après l’Afrique du Sud, nous voulons le marché Camerounais.

Groupement Marsa Maroc/AIIF3

Les marocains Marsa et un fond d’investissement à l’assaut de Kribi.

L’entreprise Marsa, détenue en majorité par le royaume marocain, spécialisée dans la gestion des terminaux portuaires au Maroc s’est associé au fond d’investissement AIIF3 qui excelle dans le financement des infrastructures d’énergie et de transport en Afrique subsaharienne pour espérer être retenu pour la gestion du terminal polyvalent. Son manque d’expérience dans d’autres  pays pourra-t-elle la desservir ?

Marsa Maroc et AIIF 3 constituent le Groupement Marsa Maroc/AIIF 3 qui vient d’être retenu parmi les cinq entreprises pré-qualifiées pour la gestion du Terminal polyvalent de Kribi. Deux entreprises qui, chacune en ce qui la concerne, sont dotées de nombreuses qualités, à la fois sur le plan de la gestion des terminaux portuaire et financier. Leader national de l’exploitation de terminaux portuaires aux Maroc, Marsa Maroc est présente dans 9 ports au Maroc où elle offre des services de manutentions, de stockage et de logistique portuaire ainsi que des services aux navires. Elle voit le jour en décembre 2006, ce qui signifie qu’elle jouit donc de 13 années d’expérience dans le domaine. Selon des informations glanées sur son site internet, Marsa Maroc est engagée dans un processus de développement en phase avec la dynamique que connaît le secteur de la logistique au Maroc.

Marsa, société détenue à 80% par l’Etat marocain

Société détenue à 80% par l’Etat marocain, Marsa Maroc a un capital social  de 733,9 millions de dirhams (43,8 milliards de FCFA). Avec un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de dirhams en 2017, l’entreprise emploie 2100 collaborateurs. Tout comme, en termes de trafic global, elle a gérer 36,3 millions de tonnes de marchandises l’an dernier. Parmi ses principaux atouts : des activités triplement certifiées Iso 9001 :2008 ; Ohsas 18 001 : 20074, Iso 14 001 : 2004 ; un port multi-spécialités ; un système d’information performant pour la gestion automatisée du terminal à conteneurs Est ; sûreté et sécurité des marchandises ; un nouvel espace de stockage vertical pour les véhicules neufs ; et un service d’information en temps réel.

Quant à son partenaire AIIF3, il s’agit du troisième fond panafricain de l’AIIM (African Infrastructure Investment Managers) axé principalement sur les infrastructures d’énergie et de transport en Afrique subsaharienne. En juillet 2018, AIIM a d’ailleurs pris des parts dans la Société d’exploitation et de gestion aéroportuaire (Segap), qui est une holding d’investissements aéroportuaires présente en Côte d’Ivoire, au Gabon et en RDC. Soit un mois après sa prise de participations dans l’entreprise Albatros Energy Mali. C’est donc avec ce partenaire stratégique que l’entreprise Marsa Maroc ambitionne d’entrer en possession du Terminal polyvalent du Port autonome de Kribi.

Marsa. Nous commençons l’expérience internationale par le Cameroun

 

Groupement Medlog/Wide Resources Limited

Une présence africaine limitée dans le secteur portuaire 

Groupement soutenu par le DG de Neptune Oil Cameroun, Antoine Ndzengue, le groupement Medlog et Wide Resources Limited ont une expérience non négligeable dans les secteurs de la logistique et de l’accompagnement des entreprises.

Filiale du groupe Msc (Mediterranean Shipping Company), dont le siège est à Genève en Suisse, Medlog est une société spécialisée dans le transport des conteneurs (tracking) et gestion des dépôts. Il opère sur la plateforme portuaire d’Abidjan et celle de San Pedro…En mars 2018, lors de la soirée-cocktail de lancement de la nouvelle identité visuelle de ladite entreprise en Côte d’Ivoire, le directeur général de la société en Côte d’Ivoire, Roland Kouadio, n’a pas caché l’ambition de Medlog d’accroître ses investissements dans ce pays stratégique de l’Afrique de l’Ouest ; en faisant de la logistique intégrée depuis les ports jusqu’à la livraison chez le client.

Meldlog. Bientôt à Kribi?

Présence timide au Cameroun.

Au Cameroun, où elle est également présente, l’entreprise opère dans le transit, transport maritime, acconage, etc…Selon la presse locale, l’entreprise Medlog s’est trouvée impliquée depuis 2015 dans des manœuvres visant la reprise , sur l’espace portuaire de Douala, d’une partie du domaine portuaire (17000mètres carrés), abandonné par un homme d’affaires grec, parti du Cameroun pour des raisons qui restent inconnues.

Avec la société Wide Resources Limited, elle forme donc le groupement Medlog/Wide Resources Limited, qui bénéficie du soutien de l’homme d’affaires camerounaise Antoine Ndzengue, promoteur de Neptune Oil Cameroun. Tandis que l’on connait bien le promoteur de Neptune Oil, l’on n’a pas cependant pas assez d’informations sur la société Wide Resources Limited, qui accompagne Medlog dans cette opération. Toutefois, l’on sait que Wide Resources Limited a une fois déposé le bilan avant de relancer ses activités, comme l’attestent des informations glanées à bonne source. Située au 7 Rowallan Prade, suite 786, Dagenham, en Angleterre, la société Wide Resources Limited a été dissoute le 24 octobre 2014. Société à responsabilité limitée, elle a été incorporée le 14 mars 2011. Les dernières opérations effectuées dans ses comptes remontent au 14 mars 2013. Il s’agit en effet d’une Société immobilière de crédit (SIC), et elle offre par ailleurs des services de soutien aux entreprises, non classée ailleurs.

                                                                 Dossier réalisé par Prince Aristide Ngueukam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here