Présidence de la Fecafoot : Quand Zacharie Wandja dit être l’homme qu’il faut à la tête de la Fecafoot! L’homme d’affaires de haut vol, mécène et dirigeant sportif était face à la presse hier à Yaoundé pour dérouler son projet de changement en dix modules. Il affirme être ouvert à toutes les alliances pour le bien du football camerounais.

0
297

 Elections à la Fécafoot : le candidat Zacharie Wandja clarifie son projet de société

C’était  à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a donné  mercredi 08 décembre 2021, à Yaoundé.

A quelques heures des élections à la tête de la fédération camerounaise de football (Fécafoot), la fièvre monte. Les états-majors des candidats n’ont plus de sommeil, il faut tout faire, tout mettre en oeuvre pour convaincre l’électorat. C’est dans cette dynamique que Zacharie Wandja a réuni la presse à l’effet d’expliciter son projet de société qui fonde sa candidature à la présidence de l’instance faîtière du football camerounais, qui s’articule principalement sur 10 points.  

Zacharie Wandja face à la presse hier 09 décembre 2021 à Yaoundé
Zacharie Wandja face à la presse hier 09 décembre 2021 à Yaoundé

Dans son discours face aux hommes et femmes de média réunis pour la circonstance, le candidat Zacharie Wandja  a indiqué, sans fioritures que c’est lui l’homme qu’il faut à la tête de la Fécafoot. Pour étayer son argumentaire il s’est permis de dérouler son long curriculum vitae d’administrateur d’entreprises qui a fait ses classes et entend apporter toute cette expertise dans la gestion du football. Candidature qui ne fait pas trop de bruits, Zacharie Wandja est un homme serein qui veut impulser le changement dans la gestion du football au Cameroun qui ne doit plus s’accommoder d’amateurisme en cas d’élection. Son projet de société constitué de dix modules touche plusieurs aspects qu’il a tenu lui-même à expliquer. Il s’agit : de rechercher des financements innovants tels que des redevances pour le football, retenus à la source de façon à pallier le déficit des financements classiques ; créer des méthodes de proximité  pour faciliter l’insertion des jeunes footballeurs en organisant un recensement annuel suivi d’une sélection et d’un encadrement des talents évoluant au niveau des quartiers, des villages les plus reculés et des métropoles ; veiller au développement des infrastructures dans chaque chef-lieu de département où elles n’existent pas ; réhabiliter la ligue professionnelle de football et renforcer ses capacités ; créer une mutuelle du footballeur et militer pour un dépôt minimal par la Fécafoot pour chaque footballeur ayant évolué au moins deux saisons en 2ème ou en première division afin d’assurer aux footballeurs, une sécurité sociale  et une retraite paisible ; entre autres.

En clair, il s’agit d’un véritable programme qui sonne la révolution des pratiques dans la gestion du football qui touche tous les secteurs clés à l’instar du football jeune, football féminin, le football local, plus particulièrement leur structuration qui souffre pour l’instant, d’une grave entorse. A la question de savoir pourquoi s’engager dans un tel processus, qui coure le risque d’une annulation par les instances compétentes, Zacharie Wandja a répondu sans ambages qu’il est bien de candidater au même titre que les autres. En ce qui concerne le jeu d’alliance qui a cours en ce moment dans le cadre de cette élection, il s’est dit ouvert à une éventuelle alliance. Seulement, il faut que les conditionnalités soient réunies pour cela. 

Aux 72 délégués qui sont appelés à choisir le prochain président de la Fédération camerounaise de football  (Fécafoot), Zacharie Wandja a lancé un vibrant appel « l’avenir du football camerounais repose sur vous, soyez conscients de ce fait. Ne soyez pas influencés par quiconque ou par quoi que ce soit, évitez  d’être corrompus, soyez libres, votez les projets et non les candidats », a-t-il conseillé. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here