Presse camerounaise

0
431
ndoki victor
ndoki victor

 

 

Comment devenir des entreprises ?

ndoki victor

Afin de donner une autre image à la presse qui se veut le miroir de la société et surtout de s’attirer la respectabilité de tous, un séminaire portant sur « le Business plan » et animé par Dr Dikoume Mbonjo, expert en économie des projets, associé gérant du Cabinet Dikonsulte Sarl a été organisé à l’intention des membres de l’Association des Editeurs de Presse du Cameroun (Aejc). C’était le 29 mai 2015 à Douala sous la conduite de victor Ndocki, le président de l’Aejc.

Etait-ce arrivé trop tard ou à point nommé ? Toujours est-il que la tenue de ce séminaire a été bien accueillie par la quasi majorité des participants à ce séminaire d’imprégnation et de formation au regard de l’intérêt qu’ils ont porté à ce qui leur a été dit.

S’il ne s’est pas agi d’inventer le fil à couper le beurre, on a tout de même noté que Dr Dikoume Mbonjo n’a pas dérogé à la règle qui consistait à définir pour tous ce qu’est un business plan. Aussi aura-t-on retenu que le business plan est un document écrit permettant de formaliser un projet d’entreprise. C’est la seconde étape du processus de création d’une société qui est réalisée après l’évaluation du projet. Le business plan peut également être utilisé lors du développement de nouvelles activités dans une société préexistante. Il est essentiellement utilisé afin de collecter des financements auprès des investisseurs.

Pour être compris par tous, le business plan doit être à la fois concret et cohérent. Il doit présenter l’ensemble des actions qui seront conduites par l’entreprise (où elle va), les moyens utilisés pour y parvenir (comment elle y va) et la période estimée pour atteindre les objectifs fixés. Il s’appuie également sur les spécificités du projet afin de le démarquer des autres business plans reçus par les investisseurs potentiels. Pour justifier et appuyer une demande d’emprunt, le business plan peut également être présenté à un banquier.

Les étapes du business plan

Pour être complet, un business plan doit se décomposer en différentes parties.  Les coordonnées complètes de l’entrepreneur (et de sa société, le cas échéant). Le projet sur lequel il repose doit être décrit globalement: qu’est-ce qu’on veut fait ? D’où vous est venue l’idée ? Quelle est la valeur ajoutée de votre projet ? Ensuite, il est toujours très bien de préciser quels sont vos atouts en tant qu’entrepreneur (par exemple, votre expérience dans le domaine, vos contacts, etc.).Qui seront vos clients, quels sont les besoins identifiés chez les prospects ?Quelles sont les caractéristiques de votre marché. Ne surtout pas oublié de mentionner ce que l’on propose pour répondre aux besoins du marché ? Qu’est-ce qu’on veut commercialiser ? La concurrence et le plan stratégique à adopter devraient aussi être pris en compte

En somme, le business plan est un document qui décrit l’ensemble du projet d’une entreprise ou d’un indépendant : l’activité, le marché, la stratégie marketing, la gestion des ressources humaines, etc. Il reprend l’ensemble des dépenses programmées et les ressources envisagées à court et moyen terme. Son objectif est double : d’une part, il permet à l’entrepreneur de baliser sa route et de savoir où il va et d’autre part, il sert à convaincre les banquiers et les éventuels partenaires, de la viabilité du projet.

Il était important voire urgent que les éditeurs de presse du Cameroun fussent imprégnés de cette réalité quand on sait que leur immense majorité ont des organes de presse et non les entreprises de presse. On peut tout au moins relever qu’au cours des échanges riche en enseignement, les directeurs de publications présents ont été édifiés grâce aux différents cas pratique. Au terme de ce  séminaire, le président victor  Ndocki a promis d’autres sessions de formations à l’intention des patrons de presse et aussi des journalistes. Vivement la prochaine session.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here