RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE DU PEUPLE CAMEROUNAIS

0
176
vnf
hdgh

Le renouvellement des organes renvoyé aux calendes grecques

vnfEntre l’invasion de l’extrême nord par la secte boko haram, des dysfonctionnements criards et des guerres de leadership, les objectifs visés par l’opération spéciale des placements des cartes du parti sont loin d’être atteints. Et du coup, le parti s’enlise dans une sorte d’inertie qui fait dire que le renouvellement des organes n’est pas pour demain.

Au cours d’une rencontre, avec l’ensemble du personnel du comité central du Rdpc ,tenu le 22janvier 2015,jean Nkuete fixant le cap de la feuille de route 2015 du parti des flammes est clair : « En 2015,nous allons poursuivre plus intensément les actions d’implantation du parti sur l’ensemble du territoire national avec, en particulier, la mise en place effective des nouvelles sections et les opérations de renouvellement des bureaux des organes de base… ».Le doute était donc levé. Et du coup, les militants se sont mis en mouvement dans la quête d’un poste de responsabilité. La vente des cartes lancé l’année dernière va connaitre une intensité particulière pour les ambitieux. D’où le constat de prise en otage des cartes à vendre par une certaine élite sur le terrain. Pour certains observateurs les potentiels candidats aux postes de responsabilités à la base n’ont pas tort d’affuter leurs armes ponctués de stratégies précampagne qui malheureusement fragilisent le parti dans une certaine mesure. Surtout est-il que plus loin dans son discours le Sg du comité central est précis : « …comme vous le savez, ces opérations se dérouleront, pour la première fois dans l’histoire de notre parti avec la participation de l’ensemble des militantes et des militants conformément aux résolutions du dernier congrès ordinaire… ».C’est donc capital pour tout militant  qui rêvent d’un poste et du coup des manœuvres s’invitent dans la danse fragilisant ainsi les attentes du comité central. Car le parti de Paul Biya veut enfin maitriser son fichier en vue de préparer les élections futures sans risque de se casser la figure.

Des cartes chères ?

Les jeunes et les femmes, jugés plus nombreux, n’ont pas de moyens pour s’offrir des cartes d’adhésions et de cotisations à hauteur de 4500 frs cfa chacun.la preuve pour participer à un meeting, les militants exigent les frais de déplacement et ceci varie entre 500f et 1000f  pour chaque militant en fonction des localités.

Les « grands » militants vont ainsi fausser le jeu en prenant sur eux d’acheter des cartes pour s’attirer les faveurs du sommet du parti, Mais pour quels militants ? Les chiffres et l’argent des cartes vendues sont donc transmis au niveau du comité central avec valeur du nombre de militants. Mais les cadres sur le terrain soutiennent eux même que ses chiffres ne reflètent pas le nombre exact des dits  militants. Et le fichier alors ?

Boko haram et l’instabilité des militants.

C’est connu.la secte boko haram sévit dans l’extrême nord. Et celle-ci a causée de nombreux déplacés dans cette partie du territoire camerounais. Mais l’on a été surpris d’apprendre de la bouche des hiérarques de ce parti que les opérations de placements des cartes  dans cette région battaient des records d’après les chiffres avancés par les dits  missionnaires commis à la tâche. Malgré ses chiffres « satisfaisants »le président national du Rdpc par ailleurs président de la république pourrait-il s’aventurer à organiser des renouvellements des organes de bases dans le sud du pays au détriment du grand nord meurtris par la guerre ?que non. Pensent les observateurs avertis. D’après de sources proches du secrétariat du comité central, c’est l’une des raisons pour laquelle Paul Biya, le président national du Rdpc, a demandé la non limite des opérations des placements de cartes dans l’optique de recruter  davantage les militants. Et ce en attendant le retour au calme dans les régions septentrionales. Surtout  est-il que la guerre contre boko haram ne cesse de gagner en intensité.

                                      Alain Cédric yompa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here