Ratio composite : Il faut plus de rigueur !

0
459

Telle est la principale recommandation qui ressort de la réunion que présidait le conseiller technique en charge de la Gouvernance de la CNPS, Jules Armand Hodieb, le vendredi 19 octobre 2018.

Dans le cadre de la mise en œuvre effective et progressive du dispositif de renforcement du ratio composite, dont est chargé le comité de suivi de projets du plan stratégique 2018-2022, le conseiller technique en charge de la Gouvernance, Jules Armand Hodieb, a tenu à réorienter les structures de l’organisme.

En effet, la rencontre à laquelle étaient conviés les directeurs Technique, des Ressources humaines et de l’Audit et du Contrôle interne ainsi que les chefs de service desdites directions, avait pour but l’explication en profondeur des modifications apportées par la note de service n° 168 du 03.10.16, relative à l’évaluation quantitative des activités professionnelles par le ratio composite.

Par la signature de cette note, le directeur général a voulu un « renforcement technique du ratio composite » comme l’a réitéré le ct/Gouvernance. Si au départ, les trois objectifs principaux de cet outil de pilotage des performances se cantonnaient à la planification de l’activité individuelle ; le suivi et l’évaluation au quotidien ainsi que la maîtrise de l’organisation du fichier employeur, les flux cotisants et le rendement du recouvrement par la segmentation, devient plus dynamique. Notamment, par l’intégration de la mesure de la charge de travail individuelle, avec comme indicateur principal le coefficient, qui est déterminé par deux facteurs à savoir: la pénibilité et la complexité d’une activité.

Jules Armand Hodieb ne l’a que trop bien rappelé : « Il faut trouver un équilibre entre l’efficience et l’équité ; le seul paramètre d’équité c’est la charge de travail, qui est l’élément quantitatif du ratio ». Il a d’ailleurs fallu « 3 mois de réflexion pour intégrer cet aspect au ratio composite » a-t-il ajouté. C’est dire que le top management tient à corriger les réalités opérationnelles par la redistribution équitable de la charge de travail par fonction, activité et même par tâche. Ainsi donc, les changements introduits dans le ratio composite permettent « désormais, pour une période donnée, de disposer d’indicateurs précis sur le stock de charge de travail de la fonction, matérialisé par la somme des unités d’activités non réalisées ou charge potentielle. La charge réelle matérialisée par la somme des activités effectivement réalisées : la répartition de ces charges par agents, l’évaluation de la force de travail individuelle de chaque agent au regard de la charge moyenne de la fonction, matérialisée par la différence entre les unités d’activités ou écart de charge de travail potentiel et réel » dit la note.

Pour s’assurer de la bonne compréhension de ces orientations, et en prélude à l’évaluation des activités au 30 octobre 2018, les directeurs présents à cette réunion ont jusqu’au mercredi 24 octobre, pour soumettre à la validation du comité de suivi de projets, un répertoire d’activités de leur fonction. La prochaine phase sera celle de la production des ratios proprement-dits.

A travers le pilotage des performances, le top-management de la CNPS, une fois de plus, démontre son engagement à assurer un environnement propice et de bonnes de conditions de travail à ses employés. Cela passe effectivement par la redistribution équitable de la charge de travail, pour éviter les inégalités et les frustrations, vecteurs de baisse de performances pouvant nuire à la bonne marche de l’organisme vers une modernisation qui va assurer sa pérennisation et celle du paiement des prestations sociales aux populations.

Thomas Tang

source: www.cnps.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here