Réaménagement ministériel

0
184

Le grand centre confisque le pouvoir.

-Pendant que Le Grand Nord et le département du Haut-Nkam crient à l’injustice et à l’abandon, les fils du Nord-ouest se disent déçus. Les chiffres qui démontrent la marginalisation et la discrimination des fils de certains départements et régions du Cameroun.

Paul Biya tient-il encore le gouvernail ?

 

A la lecture du réaménagement ministériel du 04 janvier 2018 au Cameroun, les langues commencent à se délier. Pendant que Le Grand Nord et le département du Haut-Nkam crient à l’injustice et à l’abandon, les fils du Nord-ouest se disent déçus. Les chiffres qui démontrent la marginalisation et la discrimination des fils originaires de certains départements et régions du Cameroun. Paul Biya tient-il encore le gouvernail ?

Après l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 et la prestation de serment du président Paul Biya le 06 novembre 2018,les camerounais piaffaient d’impatience de voir le chef de l’Etat du Cameroun faire un vaste remaniement ministériel après celui du 02 mars 2018.L’attente aura été longue et même harassante pour de nombreux camerounais surtout après le retrait par la Caf de l’organisation de la coupe d’Afrique des nations 2019 au pays de Roger Milla et de Samuel Eto’o.Emaillé de nombreux scandales avec au finish des infrastructures pas toujours prêts pour accueillir cette compétition africaine, cette actualité a fait des choux gras de la presse nationale indexant à l’occasion les « responsables » de la débâcle de cette organisation retirée au Cameroun. Ils étaient nombreux à avoir parié que Paul Biya se séparerait d’un certains nombres de ses proches collaborateurs avant les fêtes de fin d’année 2018.Le temps du président étant personnel et non celui des camerounais avide de changement, c’est donc le 04 janvier 2018 que le président de la république va enfin opérer un réaménagement ministériel de faible amplitude à la surprise de bon nombres de camerounais.

Comment Joseph Dion Nguté a été préféré pour la coordination gouvernementale des grandes opportunités de Paul biya.

Alors que les supputations allaient bon train pour celui ou celle qui remplacera Philémon yang qui aura passé 09 ans 06 mois et 04 jours à l’immeuble étoile, certains observateurs pensaient logiquement que le président national du rdpc pourrait confier la primature à un fils du grand Nord et ceci à cause de l’apport considérable des fils et filles du septentrion pendant l’élection présidentielle du 07 octobre 2018.Que non. Paul Biya a encore choisi de laisser la primature entre les mains des anglophones. Si Philémon Yang a eu maille à partir avec ses frères depuis le début de la crise anglophone dont la recherche des solutions au retour à la paix aura été un échec cuisant pour ce magistrat qui chaque jour affichait des signes d’essoufflement et qui n’osait plus se rendre dans son Oku natal de peur de subir les affres de ses frères séparatistes. Ils sont nombreux qui attendaient de voir arriver comme premier ministre un homme plein d’énergie et surtout un bon négociateur afin de ramener la paix dans ses deux régions anglophones du Cameroun. D’aucuns ont pensé qu’un autre fils du Nord –ouest pourrait remplacer Philémon Yang. C’est alors que  Les noms de Paul Atanga Nji, l’actuel Minat, qui connait le dossier de la crise anglophone a toujours été avancé mais il se pourrait que sa rigueur doublé d’un tempérament de va en guerre n’aura pas joué pour ce fils de Santa pourtant très fin dans le renseignement. Comme dans le Nord-ouest, les fils Sud-ouest ont toujours rêvé reprendre les rênes de la primature depuis le départ de Inoni Ephraïm. Des sources indiquent que c’est Paul Elung Che qui avait reçu les faveurs du président Biya. Mais les mêmes sources affirment que depuis des mois, ses rapports avec son ancien mentor Ferdinand Ngoh Ngoh se sont détériorés et par conséquent le Sgpr aurait fortement déconseillé le président de la république de le nommer premier ministre.D’où le repêchage de Joseph Dion Ngute alors ministre chargé de mission à la présidence de la république réputé « Homme sans histoires ».

Depuis ce réaménagement, les fils du Nord-ouest ne semblent pas contents de ce récent réaménagement gouvernemental de Paul Biya d’où le 04 janvier dernier, des sources affirment qu’ils étaient nombreux à vouloir manifester leur mécontentement via une marche de protestation nul été la dissuasion de nombreuses élites. Ils  estiment qu’avec le départ de Philémon yang, les fils du nord-ouest méritaient d’avoir au moins un ministre d’Etat. Plus loin, ils pensent qu’avec un anglophone originaire du sud-ouest à la primature, le chef de l’Etat ne devrait plus conserver Paul Elung Che, un autre fils du sud-ouest, à la présidence de la république comme Secrétaire général adjoint no1.

Quand le Grand Centre confisque le pouvoir : 32 Ministres pour 19 départements sur un total de 72 ministres et assimilés!

Les trois régions (centre, Sud et Est) qui composent le Grand centre ont toujours eu la portion congrue pendant les remaniements et autres réaménagements ministériels de Paul Biya. Ce 34 ème mouvement de Paul Biya, depuis 1982 année de sa prise de fonction comme président de la république après la démission du président Ahidjo, montre à suffisance que ses lieutenants originaires des trois régions du grand Centre font tout pour confisquer le pouvoir. Le nombre de ministres et assimilés originaires de ses trois régions est près de la moitié du total des membres du gouvernement originaires des 58 départements que compte le Cameroun. La région du centre à elle seule regorge 20 ministres venant des 10 départements de cette région. Le Sud s’en sort avec  06 ministres pour 04 départements et enfin la région de l’Est a bénéficié de 06 ministres pour ses 05 départements. Soit un total de 32 ministres pour les 3 régions du grand centre sur un total de 72 ministres au Cameroun.

Il faut rappeler qu’après le réaménagement du 04 janvier dernier, le Cameroun compte désormais 72 ministres et assimilés parmi lesquels on dénombre 40 ministres titulaires et 32 ‘’sous-ministres’’ (Ministres délégué, ministres chargé de mission et secrétaires d’Etats) venant des 58 départements du Cameroun.

Le grand Nord crie à l’injustice.

Pendant les présidentielles du 07 octobres 2018 amplement discuté et de haute facture après celle de 92, les fils du grand Nord ont donné 45,56% à l’homme lion soit 1 199 507 voix sur 2 521 934 engrangé au total par Paul Biya. L’on peut donc  affirmer que c’est le grand Nord qui a fait gagner le candidat du Rdpc pendant cette compétition électorale. Ils sont nombreux qui avaient affirmé que le grand nord cessera à partir de cette élection d’être uniquement le bétail électoral sans véritable considération pour ce qui est de l’accès à des postes importants de décisions pour la bonne marche du Cameroun et aussi pour le développement de ses trois régions.

Mais les élites du septentrion ne sont pas contentes surtout dans la région de l’Adamaoua car Il est constant que cette région est toujours marginalisée pour ce qui est de l’accès à des postes ministériels. Car avec le départ d’Abba Sadou ministère des marchés publics et l’arrivée de Mohamadou Youssoufa, fils de Banyo dans la région de l’Adamaoua, nommé ministre secrétaire général adjoint de la présidence de la république, les enfants de l’Adamaoua estiment que le chef de l’Etat leur a offert 03 «sous-ministres » sans portefeuilles. Il s’agit de  Koulsoumi alhadji, secrétaire d’Etat au Minfof ; de Djalloh Aboubakar, ministre délégué auprès du ministre de l’environnement et de la protection de la nature et du nouveau Sga de la présidence, Mohamadou Moustapha. « C’est comme si les collaborateurs et ‘frères’ du président de la république l’ont embrigadé afin qu’il ne se penche pas sur les doléances des fils de l’Adamaoua »tranche Oumarou, un commerçant de N’Gaoundéré.Un autre dignitaire de rappeler : « Sur les 05 départements que compte la région de l’Adamaoua, le département du Mbéré n’a pas eu de ministres depuis plus de 30 ans. Alors que nous avons toujours donné de bons scores au président de la république pendant les différentes élections.si rien n’est fait pour réparer cette injustice, les choses vont se compliquer sur le terrain pour le rdpc car bientôt nous manquerons des arguments pour convaincre nos jeunes frères à soutenir la politique du renouveau ».

Quand Paul Biya abandonne le Haut-Nkam.

Si l’Adamaoua reçoit tout le temps des sous-ministres mais continue de réclamer des véritables postes ministériels pour ces enfants, ce n’est pas le cas pour les fils et filles du département du Haut-Nkam qui sont devenus des orphelins parmi les 08 départements de la région de l’ouest. De nombreux Haut-Nkamois se demandent ce qu’ils ont bien pu faire de mauvais à Paul Biya pour qu’il leur oublie que ce soit pour les postes ministériels mais aussi pour les actions de développements.

Après avoir brillamment contribué à la victoire de Paul Biya à l’élection  présidentielle du 11 octobre 2011 avec des suffrages importantes en faveur de Paul Biya dans les sept arrondissements : A Bana (80,15%) ; Banwa (67,28%) ; Banka (61,70%) ; Kekem (61,10); à Bandja (63,20%) ; à Bakou (87%) ; et Bafang (49,10%).Ce bon score n’avait pas empêcher que le Haut-Nkam puisse être sevrer de son ministre avec le départ de Michael Ngako Tomdio du ministère de l’eau et de l’énergie  au profit de Basile Atangana Kouna pendant le remaniement du 09 décembre 2011.Malgré cette injustice, Sous la houlette de Claude Juimo Monthé,le Haut-Nkam va remporter ses trois sièges de député à l’assemblée nationale ainsi que 155 sièges de conseillers municipaux sur 175 dans les 7 communes regorgé par ce département.

Malgré les problèmes politiques constatés sur le terrain au sein de certaines sections, Claude Juimo Monthé, le chef de la délégation départemental du comité central pour le Haut-Nkam a toujours  mobilisé les troupes pour rassurer les militants et impulser les actions de développements ajouté aux différentes assistances des populations. Pendant les élections présidentielles du 07 octobre 2018 et ce face à la montée en puissance du Mrc et de le l’Ums de Pierre Kwemo sur le terrain, les élites se sont battus pour récolter près de 40% (39,61%) soit 14868 voix en faveur du candidat Biya, score largement au-dessus de celui du département du Wouri(25,96% en faveur de Paul Biya) ou de de la Mifi (29,91%).Pour autant ses départements ont conservé leurs postes ministériels,d’où les fils du Haut-Nkam estiment que le président de la république devrait penser au département en nommant aussi les leurs au gouvernement et à des postes importants de la république afin que ceux-ci puissent continuer de maintenir la flamme du Rdpc suffisamment menacé par des désertions des militants déçus du rdpc  surtout que les échéances électorales futures se pointent déjà à l’horizon.

Paul Biya tient –il encore le gouvernail ?

Face à la montée en puissance de l’opposition et l’engouement observé de nombreux jeunes pour les compétitions électorales, de nombreux analystes pensent que le président de la république devrait éviter de prendre des décisions qui  frustrent et divisent les hommes de son bord politique ainsi que ses alliés. Mais à l’observation, l’on se rend compte que la gestion des ressources humaines des fils et filles du Cameroun en vue d’apporter leur pierre à la construction du Cameroun frise à la discrimination, le copinage et le tribalisme car c’est à peine que les différents nominations à des postes ministériels au gouvernement et au sein des entreprises d’Etat ne respectent pas toujours l’équilibre régionale si cher à Paul Biya.D’où de nombreuses interrogations sur les véritables pilotes du bateau Cameroun. Paul va-t-il corriger les injustices causés par le réaménagement ministériel du 04 janvier 2018 après les prochaines  élections municipales et législatives de 2019 par un véritable remaniement ministériel ? Vivement que le chef de l’Etat puisse prendre ses responsabilités car il est le seul responsable et détenteur d’un autre mandat de sept ans à lui confié par les camerounais et non à de quelconques « proches »collaborateurs.

Répartitions des ministres dans les différents départements et régions d’origines.

Région du Sud-Ouest (01PM et 04 ministres pour 06 départements)

Ndian : Joseph Dion Ngute(PM).

Fako : Pauline Nalova Lyonga(Minesec) ;

Kupe-Manengouba : Paul Elung Che (Sga Prc) ;

Lebialem : Paul Tasong (Mindel Minepat) ;

Manyu : Mengot Arrey Nkongho (Mindel Prc) ;

Meme : Pas de ministre

Région du Nord-Ouest (07 ministres pour 07 départements) :

Mezam : Paul Atanga Nji(Minat) ; Dooh Jérôme Penbanga (Setat Minjustice) ; Mbayu Félix (Mindel Minrex).

Momo : Rose Mba Acha (Consupe) ;

Donga-Matung : Fuh Calitus Gentry (Setat Minmdt) ;

NGO-Ketunjia : Ghoghomu Paul Mingo (Mindel Prc) ;

Bui : Kilo Vivian Asheri (Setat Minedub).

Boyo et Menchum : Pas de Ministre

Région du Centre (20 ministres pour 10 départements).

-Haute Sanaga: Ferdinand Ngoh Ngoh(Sgpr) ; Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt(Mincult).

-Mbam et Inoubou: Achille Bassilekin III (Min Pme)

-Mbam et Kim: Emmanuel René Sadi(Mincom)

-Mfoundi: Séraphin Magloire Fouda (Sg Pm) ; Etoundi Ngoa(Minedub) ;   Mbarga Mboa (Mindel Prc).

-Mefou et Afamba: Mbarga Atangana(Mincommerce), Clémentine Ananga Messina (Mindel Minagri).

-Lekié: Eyebe Ayissi(Mindcaf) ; Ndong Soumhet (Mindel Prc) ; Galax Etoga (Setat Mindef) et Luc Ndjodo (PG de la cour Suprême)

-Nyong et Mfoumou: Beti Assomo(Mindef).

-Nyong et So’o: Grégoire Owona(Mintss) ; Mbarga Nguélé(Dgsn) ; Clément Atangana (pdt de la cour constitutionnel)

-Mefou et Akono : Gaston Eloundou Essomba(Minee) ; Marie Thérèse Abena Ondoa (Mindel Minagri) ; Contre-Amiral Joseph Fouda (CS Prc)

-Nyong et Kelle: Irène Nguene Kendeck(Minas) ; Rose Dibong Biyong(Setat Minduh)

Région du Sud (06Ministres pour 04 départements).

Mvila : Jacques Fame Ndongo (Min d’Etat Minesup) ; Mendomo Minette épouse Libong Li Likeng(MinPt).

Dja et Lobo : Louis Paul Motaze(Minfi) ; Samuel Mvondo Ayolo (Min Dcc); Georges Elanga Obam(Minddl).

Océan : Jules Doret Ndongo(Minfof).

Valée du Ntem: Pas de ministre

Région de l’Est (06 Ministres pour 04 départements).

-Haut Nyong: Joseph Anderson Le(Minfopra), Oswald Baboke (Dcc Adj).

Boumba et Ngoko: Armand Ndjodom (Setat Mintp)

-Lom et Djerem: Bolvine Wakata (Mindel Prc chgé des relations avec les assemblés) ; Samba Dieudonné (CS Prc).

-Kadey: Gabriel Dodo Ndoke(Minmidt)

Région de l’Ouest (07 Ministres pour 08 départements)

-Bamboutos: Emmanuel Nganou Djoumessi(Mintp)

-Ndé : Célestine Keutcha courtes(Minduh)

– Khoung-Khi: Madeleine Tchuente(Minresi)

– Hauts-Plateaux : Luc Sindjoun(CS)

-Mifi: Pascal Nguihe Kante (Sga Pm)

-Menoua: Jean de Dieu Momo (Mindel Minjustice)

-Noun : Njoya Zakariaou (Mindel Mintransport)

-Haut Nkam: Pas de ministre  

.Région du Littoral (04 Ministres pour 04 départements)

-Wouri: Laurent Marie Esso(Minjustice).

-Moungo: Lejeune Mbella Mbella(Minrex) et  Mekobe Sone (Pdt de la Cour Suprême)

-Nkam: Narcisse Mouelle Kombi (Minsep)

-Sanaga Maritime: Jean Ernest Ngale Bibehe (Mintransport)

Région de l’Extrême Nord (10Ministres pour 06 départements)

Mayo Sava : Talba Malla(Minmap).

Logone et Chari : Alamine Ousmane Mey(Minfi) ; Adoum Gargoum (Mindel Minrex).

Mayo Kani : Dr Taïga (Min des pêches) ; Hele Pierre(Minepded).

Mayo Danay : Mounouna Foutsou(Minjec) ; Boniface Bayaola (Setat Minesec). Diamaré : Yaouba Abdoulaye (Mindel Minfi) ; Hamadou Moustapha (Mindel Prc).

Mayo Tsanaga : Manaouda Malachie(Minsanté).

Région du Nord (05 ministres pour 04 départements)).

Bénoue : Bello Bouba Maigari (Min d’Etat Mintour) ; Issa Tchiroma Bakary (Minefop) ; Alim Hayatou (Setat Minsanté) ; Gabriel Mbairobe (Minagri) ;

Faro : Koumpa Issa (Setat Mindef).

Mayo Louti ; et le Mayo Rey : Pas de Ministre

Région de l’Adamaoua (03 ministres pour 05 départements).

Mayo-Banyo : Mohamadou Youssoufa (Sga Prc) ;

Vina: Nana Aboubakar Djalloh (Mindel Minepded) ; Koulsoumi Alhadji Epse Boukar (Setat Minfof).

Mbéré ; Faro et Déo ; et le Djérem : Pas de Ministre

                                                                                              Prince Aristide Ngueukam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here