Roger Nkodo Dang, président du Parlement Africain

0
364
dang
dang

Ces camerounais qui honorent leur pays

dang

De par leurs actions  citoyennes et surtout leur attitudes à présenter une image essentiellement positive du Cameroun, ils sont nombreux ces Camerounais à qui on devrait tirer une fière chandelle. A ce sujet, la rédaction de votre journal a choisi de s’intéresser à deux d’entre eux ; le nouveau président du parlement Africain et le nouveau Secrétaire général de la Cobac.

Le député camerounais qui a pour circonscription politique le département du Nyong et Mfoumou, région du Centre a été porté à la présidence de cette instance le 28 mai 2015 en Afrique du Sud lors de la première session parlementaire de l’année à Midrand. Il a été plébiscité par 85 voix contre 70 pour le Mozambicain, Eduardo J. Mulembwe et 9 pour le Tunisien Rahoui Mongi. Il convient de dire l’homme qui représentait l’Afrique Centrale lors de cette élection n’est pas étranger à cette institution. Il assumait depuis mai 2012 les fonctions de premier vice-président du Parlement africain (Pap).C’est un homme réputé pour son franc parler n’est pas un inconnu dans les milieux des affaires et politique au cameroun.Militant du Rdpc, on se souvient qu’il a failli ne pas être investi par son parti le Rdpc parmi les candidats devant participer aux derniers élections législatives camerounaises. Car dit-on ses détracteurs ont tout faits pour l’écarter de la course aux profits des forces de l’argent. Mais le président national du Rdpc avait décidé autrement sur le sort de celui qui était déjà vice président du parlement panafricain.et aujourd’hui les faits ont donné raison à la hiérarchie de son parti. Notons que  La candidature de Roger Nkodo Ndang avait a été rendue publique le 10 avril dernier, par le président de l’Assemblée nationale du Cameroun, Cavaye Yeguie Djibril, dans son discours de clôture de la première session ordinaire de l’Assemblée Nationale pour l’année législative 2015.
Nkodo Ndang
a donc pris les rênes d’une instance dans laquelle siègent 235 parlementaires. Le bureau exécutif de cette instance est composé d’un président et de quatre vice-présidents qui doivent représenter les cinq sous-régions du continent (Afrique Australe, Afrique Centrale, Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est). Avec une telle aura, c’est la diplomatie camerounaise qui est ainsi honorée, tout comme son chef qui avait d’ailleurs appelé ses pairs d’Afrique centrale à soutenir la candidature de son compatriote. Et le résultat est désormais là. A lui d’utiliser sa position pour porter haut les doléances de ses confrères et surtout la vision du cameroun.Bravo honorable président !

 Secrétariat générale de la Cobac

Confiance donnée à Boubakary Halilou

Au terme du sommet qui s’est tenu à Libreville, la capitale gabonaise, les chefs d’Etats de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) ont décidé de nommer le Camerounais Aboubakary Halilou au poste de Secrétaire général de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac), le gendarme du secteur bancaire dans cette communauté qui compte six pays, à savoir le Cameroun, le Gabon, le Congo, la Guinée équatoriale, le Tchad et la République centrafricaine.

Comme avec Roger Nkodo Dang au parlement africain, la Cobac n’est pas inconnue du nouveau promu. Depuis novembre 2012, Boubakary Halilou occupait le poste de secrétaire générale adjoint de cette institution sous-régionale, dont le siège a été récemment transféré à Libreville. Ce haut commis de l’Etat camerounais  était obligé de laisser vacant son poste de directeur général de la Société de recouvrement des créances (Src) du Cameroun, poste qu’il avait occupé de juin 2005 à novembre 2012.Mais, avant de devenir le chef d’orchestre du recouvrement contre rémunération des créances douteuses ou contentieuses détenues par les institutions financières publiques,Yerima  Boubakary Halilou a été directeur général adjoint du Crédit Lyonnais du Cameroun, devenu plus tard Crédit agricole avant d’être racheté par le groupe marocain Attijariwafa il y a quelques années. C’est dire qu’il n’est pas un étranger du monde de la finance. Il est à noter que ce prince originaire de la région de l’extrême nord du Cameroun, très discret dans les milieux politique est un ancien ministre de l’urbanisme et de l’Etat du cameroun.Nombreux observateurs en déduisent qu’avec l’expérience qu’il a accumulé dans les milieux bancaires, c’est cette commission, mieux, toute la sous région qui va en bénéficier pour le bien de tous les partenaires traditionnelles de la Cobac. 

                                        Alain Cedric YOMPA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here